Archives par mot-clé : François Jullien

Pascal David, sur le travail de François Jullien : « Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien »帕斯卡.大微:《思索中国,探索朱利安的哲思》

Pascal David est chargé d’enseignement en master à la faculté de philosophie de l’université catholique de Lyon.  Il publie, en 2016,  un ouvrage préfacé par Daniel Bougnoux : Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien aux Editions Hermann.

Penser-la-chine

 

 

 

Continuer la lecture de Pascal David, sur le travail de François Jullien : « Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien »帕斯卡.大微:《思索中国,探索朱利安的哲思》

Article de Daniel Bougnoux, « Quelle seconde vie ? »丹尼尔.布纽:“何种第二人生?”

daniel-bougnoux-francois-jullien_musee-hebert
daniel-bougnoux-francois-jullien_musee-hebert

 

 

 

 

 

 

Daniel Bougnoux, sur son blog, consacre un article au livre de François Jullien à paraître en 2017 aux Editions Grasset, Une seconde vie.

Continuer la lecture de Article de Daniel Bougnoux, « Quelle seconde vie ? »丹尼尔.布纽:“何种第二人生?”

François Jullien, commissaire de la Biennale du Grand Taipei, novembre 2016 (texte en français, anglais et chinois)朱利安担任首屆“大台北当代艺术双年展”客座策展人

pour voir le flyer, cliquer ici : flyer-biennale-de-taipei

Dé-coïncidence

d’où viennent l’art et l’existence ?

Continuer la lecture de François Jullien, commissaire de la Biennale du Grand Taipei, novembre 2016 (texte en français, anglais et chinois)朱利安担任首屆“大台北当代艺术双年展”客座策展人

« Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015

S’écarter, ce n’est pas seulement quitter, se séparer, s’ouvrir un retrait, abandonner les us et les thèmes de la conversation commune et même entrer en dissidence. Mais c’est également, en frayant ailleurs, se risquer là où la voie n’est plus balisée, où le terrain est devenu incertain, là où la lumière égale, étale, la lumière connue de tous, ne pénètre plus comme avant. De ce retrait, par ce recul, pourra-t-on espérer percevoir autre chose, selon un rêve enfantin qui tient toujours, ou, du moins, percevoir autrement ? « Et j’ai vu quelque fois ce que l’homme a cru voir… » – il est sûr, en tout cas, qu’on y affrontera une solitude qu’on ne saurait plus éviter. Non pas une solitude adventice et plus ou moins anecdotique, mais une solitude de principe et fatale, constitutive, qui tient à ce qu’on a commencé un jour par se dissocier, par et dans la pensée, et que cela ne sera plus effaçable. Peut-être même, du fait de cet écart, a-t-on commencé de se rendre inaudible ; et devra-t-on faire tant d’efforts, ensuite, pour réaborder le langage ordinaire, pour renouer avec les habitus et les conventions et espérer à nouveau se faire entendre : pour faire croire, en prodiguant tant de gages de bonne volonté, qu’on s’est lavé quelque peu de son étrangeté. Continuer la lecture de « Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015

COURS : SÉMINAIRE HEBDOMADAIRE, Ecole des Mines, Stratégies d’accès Ethique et esthétique du dégagement 每周课程主题:“到达”的策略:“脫升”的伦理和美学

Accéder à me paraît nommer une aspiration commune de la pensée.

Accéder à la vérité, à la vie (éternelle) ou bien, comme l’exige plus fortement la modernité, à l’immédiat du présent. Ou bien peut-être cet « à quoi » (accéder) est-il déjà de trop ?

Je distinguerai trois figures de l’accès :

  • par abstraction : celle qu’a privilégiée, depuis Platon, la philosophie (la voie du concept) ;
  • par médiation : celle que symbolise le christianisme (le Fils est l’accès au Père) ; mais l’art aussi est médiation pour accéder au visible, à l’ici et maintenant ;
  • par « dégagement » ou du moins est-ce ainsi que je nommerai, par écart avec les deux autres, la stratégie d’accès qu’a développée la pensée chinoise (Zhuangzi, mais aussi Lunyu, Shishuo xinyu, les Récits de la vie fugitive de Shen Fu, etc.) : dégagement qui n’est vraiment dégagement que ce qu’on n’a plus à dire « à quoi » il doit accéder.

La Chine a pensé ce dégagement qui n’est pas conversion et en a fait la voie de l’art comme de la sagesse.

Reste cette bipartition de principe : il y a ceux qui ont « accédé » et les autres…

En même temps qu’on redessinera à grands traits les voies européennes d’abstraction et de médiation, on étudiera de plus près dans la pensée chinoise celle – éthique en même temps qu’esthétique – qui est propre au dégagement.

Ces textes seront lus en chinois, mais traduits (la connaissance de la langue chinoise n’est pas exigée).

Des interventions de collègues étrangers et des débats sont prévus en cours d’année.

Le séminaire se tiendra à l’Ecole des Mines, 60, boulevard Saint-Michel, le jeudi de 18h à 20h.