Archives par mot-clé : François Jullien

François L’Yvonnet, dans le Cahier de l’Herne François Jullien : « D’une controverse qui n’a pas eu lieu »

Il y a eu le « Contre François Jullien »[1] de Jean-François Billeter, auquel a « répondu » un ouvrage collectif : « Pour François Jullien »[2]. Une « réponse » assez paradoxale, puisque ne disant rien, ou presque rien, du contenu de la philippique antijullienne. De ses motifs et de ses mobiles. La mise en parallèle du « Pour » et du « Contre » est donc, en la circonstance, assez spécieuse. L’intention des auteurs n’étant pas d’organiser une défense ni même d’envisager une contre-attaque. Mais plutôt de rappeler que penser est une affaire sérieuse, qui n’est pas sans danger. Continuer la lecture de François L’Yvonnet, dans le Cahier de l’Herne François Jullien : « D’une controverse qui n’a pas eu lieu »

Rencontres à Paris à partir des 3 dernière publications de François Jullien, mars et avril 2018

 
– Présentation du  Cahier de l’Herne François Jullien , de l’essai Si près, tout autre, De l’écart et de la rencontre (Grasset), et de Ressources du christianisme, Mais sans y entrer par la foi (L’Herne), Maison de l’Amérique Latine, le 10 avril à 19h.

Continuer la lecture de Rencontres à Paris à partir des 3 dernière publications de François Jullien, mars et avril 2018

Artpress 2 : Philosophie de François Jullien, Des concepts proposés à l’art

Artpress 2 publie ce trimestre un numéro spécial : « Philosophie de François Jullien, des concepts proposés à l’art ».
Parmi les auteurs de ce recueil :
Jacques Henric,
François Jullien,
Huang Yongping,
Fabien Vehlmann,
Jean-Michel Frodon,
Et bien d’autres…
Ce numéro est disponible jusqu’à fin octobre, en librairie ou sur le site d’Artpress :https://www.artpress.com/produit/artpress2-n46-aout-2017-philosophie-de-francois-jullien/


Publication : Dé-coïncidence, D’où viennent l’art et l’existence, Grasset, 2017

 » On voudrait croire que, quand les choses en viennent enfin à s’accorder, c’est là le bonheur…

Or, c’est précisément quand les choses se recoupent complètement et coïncident que cette adéquation, en se stabilisant, se stérilise.

La coïncidence est la mort. C’est par dé-coïncidence qu’advient l’essor.

Dieu lui-même dé-coïncide d’avec soi, en mourant sur la Croix, pour promouvoir la vie vivante. Dans la faille de la dé-coïncidence une initiative est à nouveau possible se déployant en liberté.

Or, comme l’Age classique a fait de l’adéquation la définition même de la vérité, ou de la coïncidence avec la Nature le grand précepte de l’art comme de la morale, il est revenu à la modernité de rompre avec ce confort de la pensée.

François Jullien fait jouer ici le concept de « dé-coïncidence » dans la Bible, la peinture, la littérature, la philosophie, pour montrer comment il est à la source de l’art et de l’existence. »

F.J.

Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

 » Nonfiction : Dans votre livre, vous opposez les différences aux écarts, en ce que ces derniers promeuvent du commun, alors que les premières laissent tomber ce qui est séparé. De la même façon, vous opposez l’identité aux ressources, en ce que l’identité est par essence figée, tandis que les ressources sont mobiles et exploitables virtuellement. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez exactement par « différences » et « ressources » ? Continuer la lecture de Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

Séminaire 2016-2017 : De l’Être à l’Autre ; Lecture philosophique du Laozi, le jeudi à 18h, à partir du 1er décembre 研究所课程:“从存有本体到他者”,“《老子》哲学上的解读”,2016年12月1日起

  1. De l’Être à l’Autre

La première partie du séminaire sera consacrée, cinq ans après la création de la chaire, à un réexamen du chantier conceptuel qui s’y est ouvert pour penser l’altérité. Notamment à partir de ces lignes directrices :

  • l’écart ;
  • l’entre intensif ;
  • le commun qui n’est pas le semblable ;
  • la connivence ;
  • la rencontre et la relation ;
  • la ressource ;
  • l’universel régulateur (à l’encontre de l’universalisme) ;
  • l’autre au plus intérieur : l’ « intime » ;
  • l’autre culturel, l’autre personnel ;
  • de l’Être à l’Autre (de l’ « être » au « vivre ») ;

Un débat sera ouvert au terme de chaque séance au gré des participants.