Archives de catégorie : texte

Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

 » Nonfiction : Dans votre livre, vous opposez les différences aux écarts, en ce que ces derniers promeuvent du commun, alors que les premières laissent tomber ce qui est séparé. De la même façon, vous opposez l’identité aux ressources, en ce que l’identité est par essence figée, tandis que les ressources sont mobiles et exploitables virtuellement. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez exactement par « différences » et « ressources » ? Continuer la lecture de Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

Pascal David, sur le travail de François Jullien : « Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien »帕斯卡.大微:《思索中国,探索朱利安的哲思》

Pascal David est chargé d’enseignement en master à la faculté de philosophie de l’université catholique de Lyon.  Il publie, en 2016,  un ouvrage préfacé par Daniel Bougnoux : Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien aux Editions Hermann.

Penser-la-chine

 

 

 

Continuer la lecture de Pascal David, sur le travail de François Jullien : « Penser la Chine, interroger la philosophie de François Jullien »帕斯卡.大微:《思索中国,探索朱利安的哲思》

Article de Daniel Bougnoux, « Quelle seconde vie ? »丹尼尔.布纽:“何种第二人生?”

daniel-bougnoux-francois-jullien_musee-hebert
daniel-bougnoux-francois-jullien_musee-hebert

 

 

 

 

 

 

Daniel Bougnoux, sur son blog, consacre un article au livre de François Jullien à paraître en 2017 aux Editions Grasset, Une seconde vie.

Continuer la lecture de Article de Daniel Bougnoux, « Quelle seconde vie ? »丹尼尔.布纽:“何种第二人生?”

« Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015

S’écarter, ce n’est pas seulement quitter, se séparer, s’ouvrir un retrait, abandonner les us et les thèmes de la conversation commune et même entrer en dissidence. Mais c’est également, en frayant ailleurs, se risquer là où la voie n’est plus balisée, où le terrain est devenu incertain, là où la lumière égale, étale, la lumière connue de tous, ne pénètre plus comme avant. De ce retrait, par ce recul, pourra-t-on espérer percevoir autre chose, selon un rêve enfantin qui tient toujours, ou, du moins, percevoir autrement ? « Et j’ai vu quelque fois ce que l’homme a cru voir… » – il est sûr, en tout cas, qu’on y affrontera une solitude qu’on ne saurait plus éviter. Non pas une solitude adventice et plus ou moins anecdotique, mais une solitude de principe et fatale, constitutive, qui tient à ce qu’on a commencé un jour par se dissocier, par et dans la pensée, et que cela ne sera plus effaçable. Peut-être même, du fait de cet écart, a-t-on commencé de se rendre inaudible ; et devra-t-on faire tant d’efforts, ensuite, pour réaborder le langage ordinaire, pour renouer avec les habitus et les conventions et espérer à nouveau se faire entendre : pour faire croire, en prodiguant tant de gages de bonne volonté, qu’on s’est lavé quelque peu de son étrangeté. Continuer la lecture de « Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015

Parutions : « Une seconde vie », Grasset, 2017新书出版:《第二人生》

 

Quand on avance dans la vie, il est une question qu’on ne peut plus, peu à peu, ne pas se poser : pourquoi est-ce que je continue de vivre ?

Cette question, on peut la maintenir au niveau bas du développement personnel, affublé en « sagesse », et du marché du bonheur.

Ou bien l’affronter philosophiquement pour y chercher une issue plus ambitieuse qui soit la promotion d’une « seconde » vie.

Une seconde vie est une vie qui, du cours même de la vie, se décale lentement d’elle-même et commence de se choisir et de se réformer.

Pour y accéder, il faudra penser ce que sont des vérités, non pas démontrées, mais décantées à partir de la vie même ; ou comment, de l’expérience accumulée, on peut à nouveau essayer ; ou comment la lucidité est ce savoir négatif (de l’effectif) qui nous vient malgré nous, mais qu’on peut assumer ; ou comment la vie peut ouvrir, non sur une conversion, mais sur une vie dégagée.

Ou comment un second amour, fondé, non plus sur la possession, mais sur l’infini de l’intime, peut débuter.

Puis-je, non plus répéter ma vie, mais la reprendre, et commencer véritablement d’exister ?

seconde-vie_couv