Archives de catégorie : Billets

Cours méthodique et populaire de philosophie, 2018-2019

Cours méthodique et populaire de philosophie

Proposé par la Chaire sur l’altérité, FMSH

2018 – 2019

Lieu : Bibliothèque Nationale de France, quai François Mauriac, 75013 Paris, Auditorium

Horaires : les mercredis, de 12h30 à 14h

 

Tantôt je pense, tantôt je vis ?, François Jullien, 14 novembre

Prendre la parole, Martin Rueff, 21 novembre

Le non-savoir et l’ironie (« constamment rapportée à Socrate »), Patrick Hochart, 28 novembre

Oser dire, François Jullien, 5 décembre

Du faux, Patrick Hochart, 12 décembre

Quel usage légitime à l’ « identité » ?, François Jullien, 19 décembre

Noël, 22 décembre – 7 janvier

Que faire ? Les embarras d’une question, Pierre Manent, 9 janvier

Le monde ne fait-il qu’un ?, Etienne Klein, 16 janvier

La philosophie de la nature est-elle encore possible ?, Martin Rueff, 23 janvier

Le passé existe-il quelque part ?, Etienne Klein, 30 janvier

Qu’est-ce qu’un nom propre ?, Martin Rueff, 6 février

Humiliation I (une approche littéraire), Marc Crépon, 13 février

Humiliation II (une approche philosophique), Marc Crépon, 20 février

Hiver, 23 février – 11 mars

Possible, impossible (en art), Bernard Sève, 13 mars

Y a-t-il eu modernité ?, 20 mars, François Jullien

Œuvres d’artistes, discours d’artistes, 27 mars, Bernard Sève

Si douteuse harmonie, François Jullien, 3 avril

Le mythe, Martin Rueff, 10 avril

Littérature, philosophie, 17 avril, François Jullien

Pâques, 20 avril – 6 mai

L’invention de la volonté II, Patrick Hochart, 15 mai

La dissonance sexuelle, Patrick Hochart, 22 mai

Dieu est mort, François Jullien, 29 mai

 

Daniel Bougnoux : « François Jullien au risque de l’autre »

Daniel Bougnoux publie, sur son blog Le randonneur (https://media.blogs.la-croix.com/), un article au sujet de l’essai de François Jullien « Si près, tout autre, De l’écart et de la rencontre ».

« La production de François Jullien décidément étonne : en ce début de printemps, trois ouvrages nouveaux surgissent sur la table, le volumineux Cahier de l’Herne (que j’ai eu le bonheur, avec François L’Yvonnet, de coordonner), et deux livres, une mise au point sur le christianisme comme ressource (cette « plaquette » d’accompagnement de L’Herne dépasse tout de même la centaine de pages), et ce dernier-né, Si près, tout autre – De l’écart et de la rencontre, qui vient de paraître chez Grasset (236 pages), auquel j’aimerais consacrer cette chronique. Continuer la lecture de Daniel Bougnoux : « François Jullien au risque de l’autre »

« Ressources du christianisme, mais sans y entrer par la foi », Editions de l’Herne

L’Europe est en malaise de ne plus savoir que faire, aujourd’hui, du christianisme.

Or, si nous évitons la question du christianisme, c’est, je crois, que le clivage entre « celui qui croyait au ciel » et « celui qui n’y croyait pas » n’est plus pertinent.

Aussi aborderai-je le christianisme à titre de ressources. Celles-ci sont, disponibles, à qui les explore et les exploite.

A titre de ressources : l’écart des langues et des Evangiles ouvrant un entre réflexif ; qu’un événement soit possible et qu’il soit la vie même ; qu’il faille désadhérer du vital pour accéder à l’originairement vivant ; que Dieu Père dé-coïncide en son Fils pour s’activer en Dieu ; ou qu’il faille se tenir hors du monde pour rencontrer l’Autre…

Une reconfiguration radicale de la vérité.

Sans y entrer par la foi, on suivra, dans Jean, des filons féconds d’une pensée de l’existence.

Pourquoi s’en priver ?

F.J.

« Si près tout autre, De l’écart et de la rencontre », Editions Grasset

Notre vie, ne la passons-nous pas en quête inassouvie de l’Autre ? De l’autre, enfin, qui soit autre.

Or ce tout autre n’est pas à attendre de quelque Là-bas espéré, d’un lointain fantasmé : la pensée ne fera toujours que tourner en rond dans cet imaginaire projeté.

Mais il se découvre si près, à portée, dans ce que l’on a trop placidement, paresseusement, assimilé. L’inouï ne tombe pas de quelque ciel féérique, mais s’extrait de ce qu’on foule si négligemment d’instants banals.

L’opposé lui-même n’est plus autre, car il ne confronte plus à de l’inconnu : il est désormais posé devant, « en face », diamétralement aligné, et même dramatiquement érigé ; mais déjà assigné, inerte et rangé – l’opposé déjà s’entend avec son autre.

De là qu’il faudra, je crois, procéder de façon inverse. Chercher de l’autre, non pas dans ce qui s’annonce à l’antipode, dans le rôle du contraire, qui déjà est complémentaire. Mais plutôt en ouvrant un écart au sein de ce qu’on croirait semblable, le plus à proximité, apparemment le plus apparenté : pour y sonder ce qui s’y fissurerait secrètement d’un autre possible.

Ainsi, déjà, entre le « plaisir » et la « jouissance » – eux qu’on croyait accolés.

Car c’est en émergeant d’un tel écart qu’un Autre – Toi – peut être rencontré.

Penser l’autre : n’est-ce pas là ce qui peut relancer la philosophie et, d’abord, nous fait accéder à l’existence ?

FJ