Tous les articles par François Jullien

Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

 » Nonfiction : Dans votre livre, vous opposez les différences aux écarts, en ce que ces derniers promeuvent du commun, alors que les premières laissent tomber ce qui est séparé. De la même façon, vous opposez l’identité aux ressources, en ce que l’identité est par essence figée, tandis que les ressources sont mobiles et exploitables virtuellement. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez exactement par « différences » et « ressources » ? Continuer la lecture de Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

Cours méthodique et populaire de philosophie, année 2016-2017

cmpp-2016

 

 

 

Les mercredis, de 12h30 à 14h, à l’auditorium de la BNF

  • 16 novembre, François Jullien, Reprise
  • 23 novembre, Patrick Hochart, Se fonder sur le peuple
  • 30 novembre, Bernard Sichère, Qu’est-ce qu’un père
  • 7 décembre, François Jullien, De l’expérience
  • 14 décembre, Patrick Hochart, La souveraineté pivot du politique ?

 

  • 4 janvier, Martin Rueff, « S’émerveiller »
  • 11 janvier, François Jullien, Dé-coïncidence
  • 18 janvier, Martin Rueff, « Se comprendre»
  • 25 janvier, Patrick Hochart, La déception pédagogique
  • 1er février, Martin Rueff, « S’attendre à »

 

  • 22 février, Marc Lachièze-Rey, Le temps et sa disparition
  • 1er mars, Marc Lachièze-Rey, Le cosmos : mythe ou science ?
  • 8 mars, Etienne Klein, De quoi le vide est-il plein ?
  • 15 mars, Marc Crépon, Politique de l’amour
  • 22 mars, Marc Crépon, De l’amitié en politique
  • 29 mars, François Jullien, Il faut dénoncer les synonymes

 

  • 19 avril, François Jullien, On pense en langue
  • 26 avril, Martin Rueff, « Se décider »
  • 3 mai, Bernard Sichère, Qu’est-ce qu’un animal
  • 10 mai, Patrick Hochart, A quoi sert la foi
  • 17 mai, Martin Rueff, « Se rappeler »

 

 

« Produire du commun », Ginko editeur, Philippe Ratte, préface de Jean-Pierre Raffarin《制造共通》,哈特 撰,拉法翰 序

Couverture_livre_Produire_du_commun » L’unité nationale n’est plus une évidence : ni la nation, renouvelée dans son peuplement et fondue dans l’Union Européenne, ni l’unité, dont la société est devenue trop complexe pour trouver matière, ne sont plus des notions simples et toutes d’exécution. Continuer la lecture de « Produire du commun », Ginko editeur, Philippe Ratte, préface de Jean-Pierre Raffarin《制造共通》,哈特 撰,拉法翰 序

Publication : « Des possibles de la pensée, L’itinéraire philosophique de François Jullien », Hermann, mars 2015. Co-directeurs : Françoise Gaillard et Philippe Ratte, textes édités par Nathalie Schnur新书出版:《思维的多元性:朱利安哲学历程》瑟立吉会议论文集

Couverture_Des possibles de la penséeUne semaine, à l’écart, à Cerisy : il ne fallait pas moins d’un tel retrait, dans ce lieu prestigieux de la réflexion, pour pouvoir, en suivant l’itinéraire de François Jullien, examiner comment rouvrir des possibles de la pensée…

Continuer la lecture de Publication : « Des possibles de la pensée, L’itinéraire philosophique de François Jullien », Hermann, mars 2015. Co-directeurs : Françoise Gaillard et Philippe Ratte, textes édités par Nathalie Schnur新书出版:《思维的多元性:朱利安哲学历程》瑟立吉会议论文集

Parutions : « Une seconde vie », Grasset, 2017新书出版:《第二人生》

 

Quand on avance dans la vie, il est une question qu’on ne peut plus, peu à peu, ne pas se poser : pourquoi est-ce que je continue de vivre ?

Cette question, on peut la maintenir au niveau bas du développement personnel, affublé en « sagesse », et du marché du bonheur.

Ou bien l’affronter philosophiquement pour y chercher une issue plus ambitieuse qui soit la promotion d’une « seconde » vie.

Une seconde vie est une vie qui, du cours même de la vie, se décale lentement d’elle-même et commence de se choisir et de se réformer.

Pour y accéder, il faudra penser ce que sont des vérités, non pas démontrées, mais décantées à partir de la vie même ; ou comment, de l’expérience accumulée, on peut à nouveau essayer ; ou comment la lucidité est ce savoir négatif (de l’effectif) qui nous vient malgré nous, mais qu’on peut assumer ; ou comment la vie peut ouvrir, non sur une conversion, mais sur une vie dégagée.

Ou comment un second amour, fondé, non plus sur la possession, mais sur l’infini de l’intime, peut débuter.

Puis-je, non plus répéter ma vie, mais la reprendre, et commencer véritablement d’exister ?

seconde-vie_couv