Tous les articles par François Jullien

L’Inouï. Renverser ce si lassant réel

éditions Grasset, Paris, Janvier 2019.

L’histoire que je raconte ici est bien celle de tout le monde…

Car qui ne s’est pas trouvé lassé, au fil des jours, du spectacle si merveilleux du ciel, ou du visage de l’Amante, et même d’abord d’être en vie ?

Ce qui s’étale, revient toujours, s’enlise en effet dans sa présence commune dans sa récurrence et n’émerge plus, n’apparaît plus. On ne pourra y accéder qu’en découvrant ce qui s’en est perdu – et comme enfoui – d’in-ouï.

C’est donc seulement en débordant notre expérience, en ouvrant une brèche dans ses cadres constitués et normés, qu’on pourra l’aborder.

Aussi rendre ce si lassant réel à ce qu’il contient en soi d’inintégrable et par conséquent de vertigineux, proprement inouï, est, en amont de toute morale, autour de quoi se jouent – basculent – nos existences.

L’inouï en devient ce concept premier, ce concept clé, ouvrant un minimum de métaphyisque où s’opère, ici et maintenant, un tel renversement. 

Car que peut-on attendre d’autre – espérer entendre d’autre – que l’inouï ?

Journée l’Inouï

Autour de l’essai de François Jullien, L’inouï. Ou l’autre nom de ce si lassant réel, paru chez Grasset en janvier 2019, est organisée une journée de séminaire qui se tiendra au Centre laïque Jules Vallès, 72, avenue Félix-Faure 75015 Paris (métro Boucicaut), le 29 novembre 2019.

10 h – 13 h

  • Daniel Bougnoux : « Étendre l¹oreille (et la vue) »
  • Jean-Pierre Bompied : « Cette étrange idée de l’inouï »
  • Alain Douchevsky : « Entendre l’inouï »
  • Philippe Ratte : « La main de Tchang »

14 h – 19 h

  • Pascal David : « Accéder au plus près de ce qu’est vivre »
  • Jean-Claude Guillaume : « De l’inouï à l’écart »
  • Didier Houzel : « De l’écart à l’inouï »
  • Patrick Hochart : « La morsure de l’inouï »
  • Marc Guillaume : « La littérature est l’inouï, ou n’est rien »

 

SEMINAIRE de François JULLIEN 2019-2020 Moïse ou la Chine Quand ne se déploie pas l’idée de Dieu

Un des principaux traits qui ont fait l’Europe est cette étrange affaire qu’elle a nouée avec « Dieu ».

De fait, que celle-ci soit la grande équivoque a plutôt étendu son empire, consolidé son emprise. Car, qu’il soit conçu comme Dieu personne ou Dieu principe, celui d’Abraham ou celui « des philosophes et des savants », le Dieu fondé dans l’Être ou le Dieu rencontré comme Autre, « Dieu » ne cesse d’habiter polémiquement notre conscience de l’Incommensurable et de l’absolu.

Même si « Dieu est mort », la question de Dieu nous hante encore.

Or, la Chine n’a pas tramé de grande histoire avec Dieu.

Elle en a bien composé une figure, dans la haute Antiquité, en tant que « Seigneur d’en haut », Shangdi, mais l’idée ne s’en déploie pas.

Car, à peine formée, celle-ci a commencé de se transformer sous l’avènement de la figure du « Ciel », qui la relaie ; et celle-ci en vient progressivement à incarner le Fonds sans fond du grand procès du monde et sa régulation infinie.

En prônant un « respect attentif » à l’égard des puissances transcendantes et non le vertige de l’angoisse, en donnant la priorité au « rite » plutôt qu’à la prière, aux vertus du tracé plutôt qu’à la Parole, comme aussi en ne posant pas de début premier, à justifier, ni ne composant de Grand récit, la Chine a conçu la « voie », tao, comme la voie de la viabilité – du cours des choses comme de la conduite – et non du Salut.

« Dieu » s’en est trouvé marginalisé, progressivement évacué. Comme la Chine n’a pas pensé en termes d’« être », ne se rencontre même pas la question de son existence ; et la « foi » n’a pas pris consistance. « Dieu », en Chine, n’a pas fait problème.

Aussi quand il demande : « Lequel est le plus croyable des deux :  Moïse ou la Chine ? », Pascal perçoit bien quelle alternative soudain se fait jour désemparant un des grands partis pris de notre esprit.

Elle pourrait servir, non pas à critiquer Dieu, ce qu’on sait si bien faire, et depuis si longtemps, mais à en sonder plus radicalement la pensée.

Car le non-déploiement de la pensée de Dieu permet de dévisager par écart, de ce dehors chinois, ce qu’il en est de Dieu dans sa possibilité même. Et non plus simplement « du dedans », en s’inspirant de la double source, grecque et philosophique ou bien hébraïque-chrétienne-islamique, comme nous l’avons toujours fait.

Plus radicale, en effet, que toute « différence » culturelle, c’est cette indifférence de la Chine à l’endroit de Dieu – elle qui a tant étonné les premiers missionnaires – qui peut donner à réfléchir à la fois notre pensée et notre passion de Dieu.

Le séminaire aura lieu à l’Ecole des mines, le jeudi de 18h à 20H, à partir du 21 novembre 2019 (60, boulevard Saint Michel – 75006 Paris).

Cours méthodique et populaire de philosophie – 2019/2020

proposé par François Jullien, Chaire sur l’altérité, FMSH Bibliothèque Nationale de France – Site Mitterrand, Auditorium, quai François Mauriac 75013 Paris

Entrée libre, les mardis 12h30 à 14h

05 novembre, François Jullien : Fin de l’idéal ? 

12 novembre, Bernard Sève : La place d’autrui

19 novembre, Patrick Hochart : La douleur est-elle pensable ?

26 novembre, François Jullien :  Devenir, processus, évènement

03 décembre, Patrick Hochart : Le don et l’échange

10 décembre, Martin Rueff : Dialogue, dispute, querelle

17 décembre, François Jullien : « Dieu est mort »

07 Janvier 2020 : Martin Rueff – La querelle des universaux

14 Janvier 2020 : Pierre Manent – Le déclin de la légitimité démocratique 

21 Janvier 2020 : Marc Crépon – Les révolutions du désir I (le surréalisme)

28 Janvier 2020 : Marc Crépon – Les révolutions du désir II (Platon et Lacan)

04 Février 2020 : Etienne Klein – Le futur existe-t-il déjà dans l’avenir ?

25 Février 2020 : Etienne Klein – Peut-on penser le vide ?

03 Mars 2020 : Bernard Sève – L’« estrangement »

10 Mars 2020 : François Jullien – Que faire de la métaphysique ?

17 Mars 2020 : Bernard Sève – Collaborations et coopérations artistiques

24 Mars 2020 : François Jullien – « L’œil écoute »

31 Mars 2020 : Patrick Hochart –  Socrate musicien

 21 Avril 2020 : Martin Rueff – Descartes et la querelle d’Utrecht

28 Avril 2020 : Patrick Hochart – L’opinion ou de la flatterie

05 Mai 2020 : Martin Rueff – La nouvelle querelle du réalisme

12 mai 2020 : François Jullien – Concepts de combat

CONCEPTS PROPOSÉS A LA MÉDIATION, LE CHANTIER OUVERT PAR FRANÇOIS JULLIEN

Conférence organisée le 16 octobre 2019, dans le cadre de la Semaine Mondiale de la Médiation de 18 h 30 à 20 h 30
à l’Ecole des Mines, 60 boulevard Saint Michel à Paris 6ème.

En présence de :

  • François Jullien, philosophe, helléniste, sinologue,
  • Marc Guillaume, économiste, médiateur,
  • Bertrand Delcourt, avocat au Barreau de Paris, vice-président de la CNPM.

Bibliographie sélective :

Ouvrages de François Jullien

  • Éloge de la fadeur, à partir de la pensée et de l’esthétique de la Chine(Le livre de poche – 1993) 
  • Traité de l’efficacité (Grasset – 1997)
  • Les transformations silencieuses(Grasset – 2009) 
  • L’écart et l’entre, ou comment penser l’altérité(Galilée – 2012)
  • Près d’elle (Galilée – 2012)
  • Cinq concepts proposés à la psychanalyse (Livre de poche – 2013)
  • La pensée chinoise (Folio Essais, Gallimard – 2019)

Autres ouvrages :

  • Plaidoyer pour la médiation (Marc Guillaume, Gérard Lieberherr et Jean-Bernard Dagnaud – Descartes & Cie – 2017)
  • Droit à l’essentiel, l’essentiel du droit ! Ce que tout médiateur doit savoir sur les bases du droit utiles en médiation (Bertrand Delcourt – Médias & Médiation – 2015)

Les organisateurs tiennent à remercier chaleureusement Marc Lucas pour avoir bien voulu accueillir cette conférence dans l’enceinte de l’École des Mines.

La médiation, un art de l’écart

Marc Guillaume

Pessoa

« J’ai rencontré deux amis à moi qui s’étaient fâchés l’un avec l’autre. Chacun m’a fait le récit de ce qui les avait fâchés. Chacun m’a dit la vérité. Chacun m’a donné ses raisons. Tous deux avaient raison… Chacun voyait les choses exactement comme elles s’étaient passées, selon un critère identique à celui de l’autre, mais chacun d’eux voyait une chose différente et chacun, par conséquent, avait raison. J’ai été troublé par cette double existence de la vérité ».

Les médiateurs partent eux aussi de ce constat de deux vérités, le constat d’un écart qu’il faut respecter et qui peut se révéler fécond.

Si les deux amis portent plainte devant un tribunal, ce dernier ne se laissera pas troubler par la « double existence de la vérité ». Il cherchera des faits « objectifs » (une troisième vérité), éventuellement à l’aide d’experts, il confrontera les deux vérités, chacune éventuellement mise en valeur par des avocats et fera de tout cela une « synthèse » à partir de laquelle il dira le droit. De l’amitié rompue, de la plainte et de la souffrance associée, il ne tiendra, sauf exception, aucun compte. Il est fort possible que le jugement laisse chacun des anciens amis dans une situation pire que celle qui prévalait avant le jugement ; il est presque certain que ce qu’il restait d’amitié entre eux disparaîtra.

L’ordre judiciaire se fonde sur un principe démocratique d’universalité, visant à traiter chacun de la même façon, en égalité. Le juge ne peut pas s’affranchir des règles de droit, même si la solution est inéquitable, d’où l’intérêt du renvoi en médiation qui peut permettre une recherche d’équité.

La mise en ordre judiciaire et la prolifération de textes qui l’accompagne sont une menace pour l’autonomie des individus ou des entreprises, le respect de leur liberté et la préservation de leur capacité d’innovation [1].

En sens inverse, les individus, porteurs de droits (de plus en plus nombreux) les font valoir à ceux qui ont des devoirs, portent plainte, voire se complaisent à « porter leur plainte » et demandent un juge, un jugement[2]. L’amour du censeur (Pierre Legendre) est d’abord un désir de jugement et on ne s’étonnera pas que les textes religieux soient riches de jugements et de paraboles édifiantes.

Le Roi Salomon, médiateur ?

On apporta l’épée au roi, qui dit : partagez l’enfant vivant en deux. Et donnez la moitié à l’une et la moitié à l’autre.

Ce que l’on appelle le jugement de Salomon n’est ni un jugement ni une médiation. Mais il invite à réfléchir sur les limites de tout jugement et sur les potentialités de la médiation. Le récit biblique aurait même pu être le fondement de la médiation.

Il eut suffi que Salomon se place dans l’entre-deux, entre les deux femmes, sans statut de juge, sans position d’autorité, sans stratégie de policier, avec bienveillance et impartialité. Les deux mères auraient pu inventer de bien meilleures solutions à leur conflit. Par exemple, élever ensemble l’enfant survivant, voire se marier dans cette perspective (le mariage pour tous aurait pu commencer à cette occasion). Ou bien, solution moins radicale et moins moderne, l’une des femmes (par exemple celle qui prétend indûment être la mère) aurait accepté d’être la marraine de l’enfant. Ou encore demandé une compensation, financière ou d’une autre nature.

La médiation a pour finalité d’aider les parties à élargir le champ des possibles et, ensuite, les aider à tomber d’accord sur l’un de ces possibles. Pour cela, le médiateur se place au milieu, il est médiologue, à sa façon. On peut se représenter un conflit entre deux personnes comme un « lien » à une seule dimension, comme si tout le milieu dans lequel elles communiquaient s’était réduit, rétréci, cristallisé, sur les composantes du désaccord. Il n’y a plus entre eux qu’un « fil », les autres liens s’étant rompus ou relâchés. Restant sur ce fil, les antagonismes ne peuvent être que frontaux, chaque partie tire vers elle, dans l’espoir de faire céder l’autre ou dans l’espoir que le tribunal coupera le fil en sa faveur.

Le terme d’entre, introduit par François Jullien, permet d’ouvrir un chantier efficace. Dans un conflit, dès lors que chacun s’est retranché sur ses griefs, l’interface entre l’un et l’autre, s’anémie, s’obscurcit, devient opaque. Elle se réduit à une opposition stérile, qui ne permet plus de faire un écart, de sortir de la ligne obsédante d’un différend (de différences) qui bouche l’horizon. François Jullien : « La différence détourne l’un de l’autre ou les met dos à dos, l’écart est ce qui les met en regard »[3].

L’apport des méthodes de la psychanalyse et de la psychologie

Les pratiques de médiation sont récentes, elles ne sont pas issues d’une école de pensée ni du travail d’un auteur qui pourrait servir de fondation.

Beaucoup de travaux ont été publiés mais leurs socles théoriques sont fragiles et divers, la cohérence de cette diversité n’est pas assurée. Beaucoup d’emprunts ont été faits à la psychanalyse et à la psychologie : Freud bien sûr, mais aussi les fondateurs de l’école de Palo- Alto, (Bateson), Winnicott (objets et espaces transitionnels), Carl Rogers (dont les recherches ont aussi concerné les conflits internationaux). Les praticiens de la médiation, notamment familiale, mettent ainsi en application les méthodes regroupées sous le terme de thérapies brèves : programmation neurolinguistique (PNL), analyse transactionnelle (É. Berne), communication non violente (M.B. Rosenberg), etc.

Tous ces emprunts sont légitimes et utiles mais ne forment pas un corpus cohérent et leur application doit être adaptée à la spécificité de la médiation. La scène de la médiation où circule la parole est plus large que le colloque singulier, elle implique au moins trois acteurs (parfois six en cas de co-médiation et de présence des avocats). Quand l’une des parties « dit » le conflit, ce « dire » devant témoins éclaire le conflit d’une façon nouvelle en le plaçant dans une perspective différente. Dire son désaccord, c’est commencer à s’en écarter légèrement, amorcer une rupture, introduire la possibilité d’un dialogue plus apaisé.

Sur cette scène élargie se développent donc écoute et prises de parole. Quels outils, quels concepts mettre en œuvre pour faire de l’écoute et de la parole le meilleur usage possible en vue de surmonter le conflit ? Pour le dire plus trivialement, comment se débrouiller au milieu de tout cela ? Deux termes, disponibilité et biais précisent les notions d’écart et d’entre.

Disponibilité

Le premier conseil d’ordre pratique que Freud adresse aux psychanalystes se résume dans la formule de l’attention flottante, ou attention en égal suspens, qui ne privilégie aucun élément particulier, qui se défie de ce qui, intéressant a priori l’analyste, l’empêche de tout écouter.

Cette façon de s’y prendre conduit à la notion de disponibilité. Il faut entendre dans ce mot la ressource de ce dis- qui évoque dispersion, ouvre le spectre de toutes les positions possibles. Être disponible, c’est renoncer à une position arrêtée, laquelle risque de nous empêcher de voir et de saisir une opportunité. « Le maître n’a pas de position » dit Confucius ; il faut remplacer le souci de maîtrise par une stratégie de déprise, favorisant une prise plus adéquate, plus mobile, offrant plus de potentialités et d’opportunités.

Sur la scène de la médiation la notion de disponibilité déploie toutes ses dimensions, sans doute plus encore que dans le champ de l’analyse, mais comme elle est plus large que le colloque singulier, la disponibilité prend une acception également plus large : il faut porter une attention en égal suspens à tous ceux qui prennent la parole.

La disponibilité est ainsi une composante de la neutralité, un critère que la déontologie impose fermement au médiateur. Elle est même la composante la plus essentielle et la plus exigeante de la neutralité, celle qui demande un grand savoir-faire et une véritable expérience professionnelle. Car on admet trop facilement que la neutralité résulte d’une simple indépendance ou impartialité du médiateur à l’égard des parties, par exemple une absence de rapports personnels et professionnels avec eux. Or cette neutralité a priori peut facilement déboucher, en cours de médiation, sur une attention inégale et c’est pourquoi il arrive souvent que des médiations réalisées par des non-professionnels, quelle que soit leur bonne volonté, ne débloquent pas les conflits ou même les aggravent.

Que signifie une disponibilité en cours de médiation ? C’est d’abord l’écoute égale des locuteurs mais c’est aussi l’intervention, la prise de parole, au juste moment, et sous la forme (en aparté ou non) adéquate. En particulier, certains moments d’une médiation sont des passages délicats, qu’il faut entendre, ne pas laisser passer sans une intervention immédiate et adaptée. Le médiateur doit se faire maître de la danse…

Pour ne pas laisser passer ces moments critiques et intervenir opportunément, la présence d’un co-médiateur peut se révéler particulièrement utile. On écoute mieux à deux. Les médiateurs n’entendent pas exactement la même chose et peuvent intervenir de façon complémentaire. 

Biais

Le conflit s’inscrit dans le face-à-face, la violence d’un face-à-face qui s’est rétréci à un fil d’opposition frontale. Les parties s’affrontent dans une recherche de pouvoir, de maîtrise, dans le souci de l’emporter sur l’autre. C’est une lutte de pouvoir. Souvent stérile, destructrice, dont les parties se libèrent par le tranchant du jugement.

La médiation s’efforce d’esquiver cette relation frontale, d’intervenir sans raideur, sans forcer. Face au fil qu’est devenue la relation conflictuelle, elle cherche les points de moindre résistance, les brins relationnels qui subsistent éventuellement. Elle évite le frontal, le rapport de force et cherche l’adéquation maximale. C’est une recherche de puissance.

Cette recherche d’adéquation s’organise autour du concept de biais.

Dans son acception classique, le biais désigne les différentes faces d’une chose, les différents points de vue. Et aussi les moyens ou les détours pour atteindre un but. Souvent, le biais prend le sens d’oblique, ce qui est réducteur et conduit à des connotations négatives. Biais, biaiser, évoquent ruser, manquer de rigueur. Faire un écart relativement à ce qui est juste ou vrai comme dans l’expression biais cognitif ou encore quand on évoque un jugement biaisé.

Le concept de biais ne se réduit pas aux significations classiques, trop vagues ou trop techniques et s’oppose radicalement aux connotations négatives. Le biais n’est pas une méthode mais une manière de faire, permettant de reformuler un problème, une contradiction ou un conflit, et à partir de là d’innover et d’inventer.

Se placer en biais, c’est se placer sur un autre plan, dans un autre espace. Inventer un biais c’est au fond créer une dimension supplémentaire, pour ouvrir un espace plus large, avec plus de dimensions. L’art de la médiation c’est de donner aux médiés les moyens de faire cette découverte par eux-mêmes et de l’exploiter.

La reformulation, cet exercice canonique qui prend place au début de toute médiation, avec ses maladresses, volontaires ou non, est une première étape, une façon préliminaire de « biaiser ».  En reformulant ce que vient de dire l’une des parties, on donne l’impression d’aller dans son sens, de suivre sa logique, d’admettre ses conclusions. En refaisant le même exercice avec l’autre partie, on donne l’impression inverse. On fait ainsi un va et vient le long du fil du conflit et cela nous ramène à la confidence de Pessoa : « j’ai été troublé par cette double existence de la vérité ». Cette reformulation importe plus par la manière de dire que par ce qui est (re)dit car cette manière a pour but de créer un sentiment de confidentialité, de confiance et de bienveillance.

Le trouble dont parle Pessoa est, cette fois, partagé. Le dire contraire devient dans ce contexte une contradiction, qui rend évident qu’il faut enclencher une dynamique, un cheminement, un dia-logue. Souvent, les parties, dès ce premier travail de traduction du conflit, apportent des correctifs, des nuances, des compléments. Ce sont autant de « brins » qui sortent du fil du conflit, qu’il ne faut pas considérer comme secondaires car ils peuvent suggérer des liens à recoudre ou des liens nouveaux à saisir, des « greffes » (en biais) à tenter (enter).

Car tout au long de la médiation, des reformulations secondaires seront insérées pour épaissir la relation permettant de l’inciser et de greffer des points d’accord, ou encore, pour reprendre un terme de couture, faire des points de capiton permettant de recoudre de l’entre.

L’élargissement de l’espace permettant des approches en biais, exige une parfaite disponibilité dans un environnement de confiance, de connivence (au sens d’entente tacite), de bienveillance, d’équanimité, de confidentialité complète. Un environnement favorisant la confidence, la réflexion et l’invention (un saut dans la pensée du conflit). Pour faire un jeu de lettre, il faut créer de l’antre (refuge, lieu intime, favorable au travail et à la réflexion) pour reconstituer l’entre perdu.

 Toutes ces considérations s’appliquent aux véritables médiations : des parties souhaitant sincèrement éviter le tribunal (ou l’arbitrage) et qui cherchent, plus ou moins consciemment, un rétablissement de la relation, au-delà même de la solution de leur conflit. Dans la grande diversité des médiations, beaucoup se réduisent à des conciliations, c’est-à-dire principalement la recherche d’un accord, d’une solution du conflit, sans chercher à rétablir la relation entre les parties. À l’opposé de ces cas, une médiation menée à son terme peut permettre d’inventer une solution plus innovante, plus à l’écart de la relation construite entre les parties, celle qui prévalait avant leur conflit. Le conflit se transforme alors en opportunité : après avoir réduit la relation, il devient, dans un mouvement inverse, source d’élargissement, source d’invention et, dans le meilleur des cas, de renforcement. Certaines amitiés fortes se sont construites sur de tels dépassements de conflits. On peut imaginer que ce fut le cas des amis de Pessoa.

Altérité, neutralité, médiation

Bertrand Delcourt

Altérité / Entre 

S’il est un constat que je tire de mon expérience de médiateur, c’est qu’aucun individu n’est totalement univoque, que chaque être est essentiellement ambivalent. A l’occasion d’un conflit collectif du travail, j’ai rencontré des personnes ensemble, au plus fort de la crise puis, quelques semaines plus tard, une fois le conflit venu à terme, je les ai rencontrées à nouveau, individuellement, pour un long entretien organisé en vue de restaurer des relations de travail harmonieuses. Il m’a alors semblé que je ne m’entretenais pas avec les mêmes personnes. Notre relation s’établissait de façon différente parce qu’elle s’inscrivait dans une distance qui avait varié de façon significative. C’est dire que la personnalité d’un individu recèle un spectre de comportements qui sont des adaptations à des situations données.

Ainsi deux personnes peuvent entretenir un rapport de confiance, de méfiance, ou de défiance, bien qu’elles n’aient pas fondamentalement changé, du seul fait des émotions sous l’emprise desquelles elles se trouvent l’une et l’autre, et des stratégies qu’elles poursuivent à tel instant de leurs échanges. En somme, ce qui m’importe, chez l’autre, ce n’est pas tant qu’il est distinct de moi que, loin d’être un personnage univoque qui donnerait prise à des jugements définitifs – « il est narcissique… », « il est généreux… », c’est un sujet polymorphe qui va offrir à ma perception d’infinies variations. 

L’étymologie, parfois contestée, du mot personne selon laquelle ce substantif proviendrait du latin persona, lui-même dérivé du verbe personare – per sonare, (au sens de résonner, retentir), a ceci de séduisant qu’elle porte à considérer que la notion de personne est indissociable d’une vibration qui emplit l’espace entre soi et l’autre. « Je suis une personne parce que j’émets une vibration qui résonne en l’autre ». En somme, l’altérité se construit à partir de vibrations qui interagissent entre deux personnes. Parfois de façon harmonieuse, parfois même de façon fusionnelle, parfois aussi de façon antagonique, voire hostile ; « celui-là, je ne le sens pas… ». Ainsi, l’entre deux êtres serait le point focal de l’altérité et, plutôt qu’à digresser sur des interrogations telles que « comment considérez-vous l’autre ? » ou « comment pensez-vous que l’autre a perçu votre façon d’agir ? », tout questionnement, en médiation, pourrait se résumer à l’interrogation suivante : « qu’y a-t-il entre vous ? ».

Dans cette médiation collective, nos premiers entretiens étaient marqués au coin du rapport de forces que chacun avait instauré pour promouvoir ses intérêts. La posture adoptée par mes interlocuteurs était empreinte de suspicion car ils ne me considéraient que comme un messager, ou un pion mobilisable dans le jeu complexe de la négociation. L’éloignement des positions sur lesquelles chaque partie campait était à son maximum, « l’entre » se constituait de soupçons de trahison, de surenchère, d’injonctions, et de volonté de faire capituler l’autre. Lors de nos rencontres ultérieures, après qu’un accord soit intervenu, les dispositions d’esprit des mêmes interlocuteurs traduisaient une quête d’équilibre. « L’entre » se composait alors d’une volonté d’apaisement, d’un besoin d’équité. La distance entre les parties prenantes s’était considérablement réduite, la confrontation ayant laissé place à la collaboration.

En somme, il existe une étroite relation entre la dualité de chaque être et l’altérité, qui est tout à la fois le révélateur de cette dualité et le moyen de la surmonter.  De même que la conversation avec autrui fait émerger sa propre pensée, aide à la structurer, le conflit nous met à l’épreuve de l’autre, et dans le même temps nous confronte à nos propres paradoxes, nous révèle nos valeurs, nos croyances et nos choix ; en fin de compte, il nous ouvre à l’autre. Ainsi, la médiation est une rencontre de l’autre, et donc de soi-même, au travers du sens que l’autre nous renvoie. Et c’est en modifiant notre propre point de vue, ce qui fait varier l’entre qui nous sépare de l’autre, que l’on peut amener l’autre à déplacer le sien.

Neutralité / Fadeur 

Il existe une propension naturelle des personnes en conflit à s’enfermer dans une logique d’autojustification, à camper sur des positions. Qui dit positions dit oppositions.  Il n’est pas possible au médiateur d’aider les parties à un conflit à surmonter ces oppositions, à résorber l’écart entre ces positions, s’il ne les engage pas dans un échange dont la finalité est de reconstruire du commun. C’est cette capacité à stimuler cet échange de façon désintéressée et équitable, sans jugement ni préférence, qu’en médiation on appelle neutralité. La difficulté réside dans le fait que le médiateur n’est pas exempt de perceptions. L’effort qu’il fait sur lui-même pour s’affranchir des effets que produisent sur lui l’apparence, les propos ou le comportement des personnes qui viennent en médiation instaure, de facto, une sorte de conditionnement exclusive de toute neutralité.

J’ai eu à connaître d’une médiation entre un employeur et un salarié qui avait pris acte de la rupture de son contrat de travail en raison des agissements de harcèlement moral dont il considérait que cet employeur s’était rendu coupable à son endroit. Lors de notre première réunion, je me suis trouvé en présence d’un employeur plein d’assurance, et d’un salarié prostré, visiblement tétanisé par le fait de se retrouver face à celui qu’il regardait comme son persécuteur. Après que le salarié ait décliné ma proposition de s’exprimer – il était semble-t-il incapable de trouver les mots pour le dire, j’ai donné la parole à l’employeur. Celui-ci a, avec une tranquille assurance, fait la relation d’un quotidien professionnel banal et indolore. Après que j’ai reformulé son récit, le salarié, sans doute encouragé par la nécessité qu’il éprouvait d’y apporter un contrepoint, a voulu s’exprimer à son tour. A peine avait-il prononcé une phrase que son employeur, imperturbable, se leva et, sans un regard pour celui qui lui faisait face, me dit : « où sont vos toilettes ? ». Ma neutralité fut, à cet instant, anéantie par la violence de cette interruption. Comment, en pareille occurrence, conserver sa neutralité ? Comment ne pas se sentir solidaire de celui auquel l’autre vient, délibérément ou non, d’interdire l’expression de sa douleur ? Comment retrouver en soi cette faculté d’écoute équitable et exempte de toute présomption ?

C’est dire que la neutralité du médiateur est toujours mise à l’épreuve, et qu’il s’attache le plus souvent à dispenser une impression de neutralité. Ce que j’aimais à résumer par une formule lapidaire : il n’y a pas de neutralité, il n’y a que des perceptions de neutralité. Jusqu’à ce que je discerne les attributs d’une authentique neutralité dans la fadeur.

Comme la fadeur, la neutralité du médiateur, c’est tout d’abord une forme de retenue, de minimalisme, une présence qui ne se met pas en scène, mais sait se faire oublier. Être neutre, ce n’est pas juste se tenir au milieu, c’est aussi se tenir en retrait pour permettre à toutes les sensibilités qui sont à l’œuvre dans la sédimentation du conflit de se manifester. A cet égard, il faut dire l’importance du silence en médiation. Ainsi considérée, la neutralité du médiateur se traduit par une présence qui, au fil du processus, se retire, se dissipe, jusqu’à s’abolir.

Retenue donc, et aussi simplicité. Tout ce que dit le médiateur peut être reçu par les parties comme un gage de raison ou d’équité qui est donné à l’une ou l’autre d’entre elles, comme une polarité ou un repère à partir desquels elles seraient tentées d’orienter la résolution de leur différend. Je ne perds jamais de vue que les personnes en médiation sont tentées d’interroger l’avocat que je suis par ailleurs pour recueillir un avis sur la décision qui viendrait à être prononcée à défaut d’accord. Comme la quête d’une assurance que ce possible accord n’emporterait pas de concessions extravagantes de leur part. Pour contourner cet écueil, moins le médiateur sera dissert, plus il sera respectueux de ce qui peut advenir spontanément, mieux il rendra possible sans influencer. Pour cela, il ne doit pas craindre de laisser libre cours à ce que François Jullien nomme, dans son « Eloge de la fadeur », une « naïveté véritable, décapée de toute motivation et qui, comme telle, n’est jamais en défaut » (p. 55). Autant la connaissance est promesse de compétence dans la plupart des activités humaines – ceux que l’on qualifie d’experts sont de nos jours portés au pinacle, autant la neutralité du médiateur ne s’apprécie pas à l’aune de savoirs ou de savoir-faire, mais procède de son naturel.

Retenue, simplicité, et encore détachement. Le détachement, c’est cette dimension de la neutralité que, d’ordinaire, on assimile à l’absence de projet pour les parties. Il ne s’agit pas ici de prôner l’indifférence à l’égard des personnes, mais l’absence d’intentionnalité, dont résulte la plus grande disponibilité à tout ce qui peut advenir, et qui libère la créativité. Être détaché, c’est conserver une faculté d’étonnement, c’est garantir l’absence de jugement. Ce n’est pas être inconsistant ou hermétique, c’est ménager en soi un vide qui permet au médiateur de tenir à distance les débordements émotionnels que le processus peut engendrer et qui, précisément, sont susceptibles d’altérer sa neutralité, fragile point d’équilibre.

Comme la fadeur, la neutralité est, enfin, humilité. De même que le sage, dans le Tao to King, « éclaire » mais « ne brille pas » (§ 58), il revient au médiateur d’éclairer la compréhension qu’ont les personnes de la situation dans laquelle elles sont enlisées, sans se faire valoir.

Médiation / Transformation 

Le conflit se développe de façon insidieuse, on glisse du malentendu à la mésentente, une divergence dégénère en discorde. Pour ma part, j’observe qu’il est difficile, pour les protagonistes, de déceler la paille qui est à l’origine de cette divergence. Parfois, c’est une phrase, comme le « c’est bien, ça » de Nathalie Sarraute, qui a scellé le retrait de la confiance. Je me souviens de cette médiation dans laquelle la relation entre une assistante et son employeur s’était fracturée lorsque, à un ami qui, en sa présence, lui avait dit « tu as une secrétaire en or », celui-ci lui avait répondu : « et en plus, elle ne me coûte pas cher… » Mais le plus souvent, cette altération du lien se déploie de façon sourde dans l’indistinct du quotidien. Lors de l’émergence d’un conflit l’entre se polarise, et ce qui était source de rapprochement s’estompe. Alors est-il possible, pour le médiateur, de remonter le cours du temps, d’enrayer cette décomposition ? Pour répondre à cette interrogation, il nous faut tout d’abord distinguer l’intention des personnes qui entrent en médiation de celle des plaideurs.

Engager une procédure contre l’autre, c’est agir dans un but déterminé, la reconnaissance d’un droit, la réparation d’un tort causé. Ne dit-on pas d’ailleurs qu’on exerce une action en justice ? Sous couvert de la volonté de faire prévaloir son bon droit, la finalité de cette action est la cristallisation d’une situation, sa conséquence est la radicalisation des positions de chacun. Si le maître mot de ce mode de résolution des conflits est « vouloir » – « je veux qu’on reconnaisse que… je veux qu’il m’indemnise… » – les parties à un procès sont, en définitive, l’objet d’une décision de justice. Cette action en justice, qui poursuit un but prédéfini, s’inscrit typiquement dans le modèle dont François Jullien souligne, dans son « Traité de l’efficacité » qu’il est hérité de la pensée grecque : « une fin étant idéalement conçue, nous cherchons ensuite les moyens à mettre en œuvre pour la faire entrer dans les faits (avec tout ce que cette entrée peut supposer d’intrusion – à la fois de relativement arbitraire et de forcé) » (p. 45). Ce qu’il y a de « relativement arbitraire » dans la poursuite de cette fin, c’est ce qu’on nomme aléa judiciaire, ce qu’il y a de « forcé », c’est la force exécutoire qui s’attache aux décisions passées en force de chose jugée. Et les arguments développés pour parvenir à cette fin sont appelés, précisément, les « moyens ». 

Tout au contraire, s’engager dans une médiation, c’est induire les conditions d’une transformation. C’est considérer non plus les droits de chacun, ses bonnes raisons ou ses torts, mais la relation qui les unit ou l’écart qui les sépare, relation et écart se comprenant ici comme deux visions, à front renversé, d’un même rapport qui peut devenir fécond s’il fait l’objet d’un travail en commun de clarification, de compréhension et, peut-être, de coopération. C’est précisément le travail, non pas du médiateur, mais de la médiation, c’est-à-dire le travail fondé sur l’écoute active de l’autre qu’accomplissent les personnes, abstraction faite de leur rang, et sous l’impulsion du médiateur. Si le maître mot de ce mode de résolution des conflits est « accepter » – « j’accepte de rencontrer l’autre… j’accepte de me mettre à sa place pour comprendre son point de vue… » – les participants à une médiation sont, en définitive les sujets de leur accord. Eluder toute considération de culpabilité et permettre aux personnes en conflit de redresser la situation en la tirant au clair. Ainsi peut se comprendre, et peut-être même se définir, le rôle du médiateur.

L’approche que je privilégie en médiation est toujours de substituer à la question d’usage devant toute juridiction – « qui a tort et qui a raison ? » celle, plus apaisante et qui est riche de tous les possibles : « comment en est-on arrivé là ? ». Répondre à cette question conduit les personnes en médiation à partager une vision d’ensemble, à s’intéresser, non pas au point de vue de chacune d’entre elles, mais à la relation qu’elles entretiennent, aux transformations que cette relation a connues, depuis un âge d’or jusqu’à un état de crise, avec cette étrange particularité qu’être en conflit avec l’autre c’est encore entretenir avec lui une relation. En médiation on ne s’attache pas à tirer les conclusions d’un état particulier de la relation entre des personnes, état que la règle de droit appréhende dans une sorte d’instantanéité, mais on considère le cours de cette relation, ses états changeants, pour déceler les causes profondes et imperceptibles de ces transformations.

Agir en médiateur c’est, comme le dit Lao Zi, « aider ce qui vient tout seul ». On répète à l’envi que le médiateur est un tiers neutre, indépendant et impartial car telles sont les qualités que lui prête le législateur. Ce faisant on oublie, je crois, l’essentiel : le médiateur est aussi et surtout un tiers attentif, bienveillant, patient, respectueux et humble.

[1] Paul Ricœur souligne à juste titre la tension entre la perfection universalisante de la loi et son application selon une « juste distance ». Une juste distance qu’un tiers autorisé peut mieux garantir qu’un juge contraint de dire le droit.

[2] Cette évolution dessine l’horizon d’une société du ressentiment généralisé contre laquelle Vladimir Jankélévitch s’est vigoureusement élevé : être protégé par des droits ne doit pas inciter à poursuivre directement ceux qui ont les devoirs correspondants à ces droits, ni même à les poursuivre en justice mais plutôt à recourir au pardon… ou à la médiation.

[3] François Jullien ; Près d’elle, Présence opaque, présence intime – p. 92.

Article : “Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien”, Nonfiction.fr

” Nonfiction : Dans votre livre, vous opposez les différences aux écarts, en ce que ces derniers promeuvent du commun, alors que les premières laissent tomber ce qui est séparé. De la même façon, vous opposez l’identité aux ressources, en ce que l’identité est par essence figée, tandis que les ressources sont mobiles et exploitables virtuellement. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez exactement par « différences » et « ressources » ? Continuer la lecture de Article : “Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien”, Nonfiction.fr