« Si près tout autre, De l’écart et de la rencontre », Editions Grasset

Notre vie, ne la passons-nous pas en quête inassouvie de l’Autre ? De l’autre, enfin, qui soit autre.

Or ce tout autre n’est pas à attendre de quelque Là-bas espéré, d’un lointain fantasmé : la pensée ne fera toujours que tourner en rond dans cet imaginaire projeté.

Mais il se découvre si près, à portée, dans ce que l’on a trop placidement, paresseusement, assimilé. L’inouï ne tombe pas de quelque ciel féérique, mais s’extrait de ce qu’on foule si négligemment d’instants banals.

L’opposé lui-même n’est plus autre, car il ne confronte plus à de l’inconnu : il est désormais posé devant, « en face », diamétralement aligné, et même dramatiquement érigé ; mais déjà assigné, inerte et rangé – l’opposé déjà s’entend avec son autre.

De là qu’il faudra, je crois, procéder de façon inverse. Chercher de l’autre, non pas dans ce qui s’annonce à l’antipode, dans le rôle du contraire, qui déjà est complémentaire. Mais plutôt en ouvrant un écart au sein de ce qu’on croirait semblable, le plus à proximité, apparemment le plus apparenté : pour y sonder ce qui s’y fissurerait secrètement d’un autre possible.

Ainsi, déjà, entre le « plaisir » et la « jouissance » – eux qu’on croyait accolés.

Car c’est en émergeant d’un tel écart qu’un Autre – Toi – peut être rencontré.

Penser l’autre : n’est-ce pas là ce qui peut relancer la philosophie et, d’abord, nous fait accéder à l’existence ?

FJ


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *