Article : « Il n’y a pas d’identité culturelle : rencontre avec François Jullien », Nonfiction.fr

 » Nonfiction : Dans votre livre, vous opposez les différences aux écarts, en ce que ces derniers promeuvent du commun, alors que les premières laissent tomber ce qui est séparé. De la même façon, vous opposez l’identité aux ressources, en ce que l’identité est par essence figée, tandis que les ressources sont mobiles et exploitables virtuellement. Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez exactement par « différences » et « ressources » ?

François Jullien : Ce sont justement ces concepts d’écart et de ressources qui m’ont amené à repenser l’histoire de la philosophie. Pour comprendre l’écart, il faut saisir sa caractéristique essentielle de mouvement, son dynamisme intrinsèque. Le propre de la différence est qu’elle laisse tomber l’autre : je distingue A et B, et je laisse tomber B. L’écart, au contraire, ne cherche pas à définir mais tient l’autre en regard. Il ne s’agit plus, par exemple, de distinguer Platon et Aristote, mais de les mettre en regard : plus Aristote est différent de Platon, et plus il me fait penser différemment aux textes de Platon, plus il m’amène à les redécouvrir. Pour le dire autrement, Aristote me permet, non pas de ranger Platon, mais de le déranger : de le mettre à l’épreuve.

A propos de L’identité culturelle n’existe pas, je ne parlerais par d’un livre : c’est un petit texte, à l’engagement politique contre le repli identitaire. Le débat ne doit pas être entre multiculturalistes et culturalistes. Il faut déplacer, non plus le curseur, mais la focale. En effet, se demander s’il faut plus ou moins d’identité, c’est penser en de mauvais termes : aucune de ces deux positions n’est réfléchie. Au contraire, il faut passer de l’identité – certes légitime dans ses usages bien circonscrits – à la fécondité. De là découle une conséquence politique : on risque des idées jugées « réactionnaires » comme l’enseignement du grec et du latin que je défends. Plus généralement, la question est de savoir ce qui est permis par la pensée, quelles sont ses ressources encore inexploitées. Pour ce faire, il convient des postures idéologiques, pour aller vers le théorique qui redonne, éventuellement, prise à des idées politiques.

[…] »

Pour consulter l’article en ligne, cliquer ici

Pour consulter le PDF, cliquez ci-dessous :

Non fiction_24072017


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *