Archives par mot-clé : De l’être au vivre

« Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015

S’écarter, ce n’est pas seulement quitter, se séparer, s’ouvrir un retrait, abandonner les us et les thèmes de la conversation commune et même entrer en dissidence. Mais c’est également, en frayant ailleurs, se risquer là où la voie n’est plus balisée, où le terrain est devenu incertain, là où la lumière égale, étale, la lumière connue de tous, ne pénètre plus comme avant. De ce retrait, par ce recul, pourra-t-on espérer percevoir autre chose, selon un rêve enfantin qui tient toujours, ou, du moins, percevoir autrement ? « Et j’ai vu quelque fois ce que l’homme a cru voir… » – il est sûr, en tout cas, qu’on y affrontera une solitude qu’on ne saurait plus éviter. Non pas une solitude adventice et plus ou moins anecdotique, mais une solitude de principe et fatale, constitutive, qui tient à ce qu’on a commencé un jour par se dissocier, par et dans la pensée, et que cela ne sera plus effaçable. Peut-être même, du fait de cet écart, a-t-on commencé de se rendre inaudible ; et devra-t-on faire tant d’efforts, ensuite, pour réaborder le langage ordinaire, pour renouer avec les habitus et les conventions et espérer à nouveau se faire entendre : pour faire croire, en prodiguant tant de gages de bonne volonté, qu’on s’est lavé quelque peu de son étrangeté. Continuer la lecture de « Philosopher, c’est s’écarter » ; 從事哲學,就是打開間距, extrait de la post-face de « De l’être au vivre, lexique euro-chinois de la pensée », Gallimard, 2015