Archives par mot-clé : Christian Godin

Article : « Menaces sur l’intime », Christian Godin, 23 mars 2013, Marianne文评:勾旦:“亲密所遭受的威脅”

logo_marianne

Le désir de transparence et la soif de visibilité jusqu’à l’obscène ont rendu caducs la préservation de la vie privée et le sens du secret.

Le philosophe François Jullien leur redonne une seconde chance dans son nouveau livre : « De l’intime. Loin du bruyant Amour ».

L’intime est une idée veuve en Europe. Les sociétés traditionnelles, qui définissaient l’être humain par les relations qu’il pouvait entretenir avec les autres membres du groupe et avec le cosmos, n’ont pas connu cette dimension profonde de la subjectivité, et la Chine, elle, n’a pas eu de mot pour la dire. Ce sont les sociétés libérales modernes, héritières d’une longue histoire, qui avaient inventé, promu et exalté l’intime Or, il se pourrait que nous soyons en train d’assister à la disparition de ce bien fragile Le livre de Marcela lacub (I), laquelle réalise une sorte de synthèse idéale entre la prostitution et la pornographie, n’est qu’un symptôme parmi tant d’autres de cette porche né dans laquelle on voudrait nous foire entrer.

Le livre que François Jullien, philosophe connu pour ses ouvrages sur la culture chinoise, vient de publier (2) a entre autres le mente de nous rappeler que I intime se crée a deux De l’intime s’ouvre par une scène frappante d’un roman de Georges Simenon, le Train : durant I exode, en mai 1940, un homme que le hasard des aiguillages a séparé de sa femme et de sa fille fait I amour avec une inconnue, dans un coin de compartiment bonde. L’intime peut donc surgir partout.

L’espace de notre authenticité

Le contresens courant sur le « for » intérieur écrit avec un t comme s’il s agissait d un bastion ou d’une prison, ne manque pas de faire sens En anglais, I’intime (close) est presque ferme (closed). On ne peut en effet définir l’intimité sans son viol éventuel. Ne dit-on pas que l’on pénètre dans I’intimité de quelqu’un ? Mais l’intime pourrait tout aussi bien être défini comme notre part inviolable. La première protection de l’intimité est psychique dans un restaurant bruyant, un tête-à-tête peut être très intime. On peut simuler l’amour, rappelle François Jullien (qui a sous-titré son livre Loin du bruyant Amour), pas l’intime. L’intime est l’espace de notre authenticité, ce que Montaigne, dans son vigoureux langage, appelait f une arrière-boutique toute nôtre ».

La distinction et l’opposition vie publique/vie privée font partie des acquis de notre histoire récente. Elles se manifestent dans des lieux, des temps, et des activités spécifiques il y a la maison et le bureau, le temps de la vie familiale et le temps de la vie professionnelle, le repos et les loisirs d’un côté, le travail rémunère de l’autre. Ainsi différencie-t-on également une instruction publique et une éducation privée. Un homme politique fait des discours en public ou a des entretiens privés, etc.

Pendant longtemps, I existence d’une vie privée a été le luxe des classes privilégiées – que l’on songe seulement à la promiscuité à laquelle les « misérables » étaient voués. L’élévation du niveau de vie a beaucoup fait pour la promotion de la vie privée.

La valorisation de l’intime vient aussi de la crise du social. C’est ce que montre l’ouvrage du sociologue américain Richard Sennett les Tyrannies de l’intmité (1979). Les deux plus grandes affaires de l’existence humaine, le sexe et la mort, ont peu à peu perdu leur caractère public. Avec l’approfondissement de l’individu en personne le secret est devenu un véritable mode d’existence. La sexualité a été privatisée, et les obsèques sont désormais célébrées dans la plus stricte intimité.

Et pourtant, nous assistons bien à une crise de l’intime, ou les causes et les symptômes s’entremêlent. La personnalité est menacée. Ce n’est plus seulement la psychanalyse qui jette un froid sur les certitudes du soi. A présent, les pratiques pharmacologiques (l’usage massif des médicaments et des drogues) et les recherches biotechnologiques (la robotisation de l’organisme et le clonage à venir) s’apprêtent à bouleverser de fond en comble ce qui reste de I’identité du moi.

Dans son livre, François Jullien rappelle par ailleurs que I inventeur de l’intime, saint-Augustin, l’a constitué à partir d’une relation avec I autre – qui était Dieu. II est d’ailleurs possible que l’effondrement actuel de l’intime vienne de cette disparition de l’autre Dieu est mort, et les autres que moi qui pouvaient le remplacer ne sont que des autres moi pas spécialement intéressants Comment une société de défiance pourrait-elle sauvegarder l’intime ?

Dans un article intitule « La sphère enchantée de l’intime », écrit il y a une trentaine d’années, le sociologue Jean Baudrillard expliquait que ce qui menace l’intime dans nos sociétés, ce n’est pas tant la promiscuité que la transparence. Désormais, nombre de gens se racontent, se photographient, se filment avec jubilation pour être lus et vus sur le forum virtuel. Ainsi miment-ils les célèbres et les puissants qu’ils envient.

Notre époque, en fait, déteste le secret, car vouloir le connaître, c’est désirer le détruire L’exhibitionnisme suit I’intimisme comme son ombre. Dans un monde où tout est transformé en marchandise (définition basique du capitalisme), dans un monde ou l’emploi, quand il subsiste, a remplacé le métier, dans un monde de désœuvrement (d’absence d’œuvre), dans un monde ou les personnes singulières s’effacent au profit d’individus interchangeables les seules choses que les gens croient pouvoir vendre ou donner d’intéressant, et par où ils a croient exister, ce sont leurs apparences et leurs vécus. II s’agit non seulement d’ôter les voiles (la vente est nue) mais aussi de rendre apparent ce qui ne l’est pas.

Lorsque tout devient source de profit, la distinction entre vie privée et vie publique s’écroule. D’une pierre, deux coups en transformant la Maison Blanche en Bed & Breakfast, les époux Clinton avaient neutralisé à la fois ce que pouvait avoir de politique leur fonction et ce que pouvait avoir d’intime leur existence. La philosophe Hannah Arendt avait fait remarquer que le public et le prive ne sont pas seulement opposés mais corollaires. De fait c’est d’un même mouvement que, aujourd’hui, l’un et l’autre sont menaces. Car cette crise de I’intime ne bénéficie pas au monde commun, c’est le moins qu’on puisse dire. II y a cinquante ans, dans la Condition de l’homme moderne, Hannah Arendt écrivait aussi que le peu qu’il nous reste de strictement privé dans notre civilisation se rapporte au fait d’avoir un corps Si nous considérons l’état actuel de la société, et les tendances qui s’y dessinent, on peut se demander si ce « reste » n’est pas en train lui aussi de tomber dans la publicité. Le corps est désormais une marchandise, la maladie et le vice, des capitaux.

Cette tendance à l’abolition de l’intimité vient désormais moins de l’Etat que des associations et des personnes privées. Les Américains appellent outing I’action de débusquer – car on le débusque comme un gibier -1 homosexuel qui cachait jusqu’alors ses mœurs aux yeux des autres. Comme l’action est menée par des organisations d’homosexuels et que leur intention est la reconnaissance publique, elle est ou non justifiée par la bonne transparence -1 hypocrisie est censée y perdre, et la liberté y gagner. La philosophe féministe américaine Catharine MacKinnon n’a-t-elle pas condamne comme « puritaine » l’attitude de ceux qui veulent que la sexualité puisse demeurer en dehors de la sphère publique et du domaine d’intervention de la loi ?

Un mot, en vogue dans la langue écrite aujourd’hui exprime bien cette progressive et inéluctable disparition de l’intime au profil de l’étalement public la visibilité. Dans une société de spectacle, tout doit être visible pour exister, ce qui n’est pas visible n’est rien ou n’a aucun intérêt. D’où le règne de l’impudeur généralisée. II y avait la richesse ostentatoire du petit nombre, voici le corps ostentatoire pour tous. C’est pourquoi la pornographie est une métaphore assez juste de notre façon de regarder le monde. II y a un nom pour dire le dévoilement de l’intime pour le seul spectacle cela s’appelle l’obscène.

Soljénitsyne parlait d’un droit de ne pas savoir. Une existence libre a besoin de lieux et de temps de retrait et de réserve. C’est pourquoi nous devons nous efforcer de les recréer ou de les maintenir. Sinon, si nous n’y prenons garde, notre démocratie parviendra a réaliser ce qu’aucun régime totalitaire n’avait réussi à faire l’abolition complète de l’existence privée, la ruine de la subjectiv