Tous les articles par François Jullien

Parutions : « Une seconde vie », Grasset, 2017

 

Quand on avance dans la vie, il est une question qu’on ne peut plus, peu à peu, ne pas se poser : pourquoi est-ce que je continue de vivre ?

Cette question, on peut la maintenir au niveau bas du développement personnel, affublé en « sagesse », et du marché du bonheur.

Ou bien l’affronter philosophiquement pour y chercher une issue plus ambitieuse qui soit la promotion d’une « seconde » vie.

Une seconde vie est une vie qui, du cours même de la vie, se décale lentement d’elle-même et commence de se choisir et de se réformer.

Pour y accéder, il faudra penser ce que sont des vérités, non pas démontrées, mais décantées à partir de la vie même ; ou comment, de l’expérience accumulée, on peut à nouveau essayer ; ou comment la lucidité est ce savoir négatif (de l’effectif) qui nous vient malgré nous, mais qu’on peut assumer ; ou comment la vie peut ouvrir, non sur une conversion, mais sur une vie dégagée.

Ou comment un second amour, fondé, non plus sur la possession, mais sur l’infini de l’intime, peut débuter.

Puis-je, non plus répéter ma vie, mais la reprendre, et commencer véritablement d’exister ?

seconde-vie_couv

Cours méthodique et populaire de philosophie, année 2016-2017

cmpp-2016

 

 

 

Les mercredis, de 12h30 à 14h, à l’auditorium de la BNF

  • 16 novembre, François Jullien, Reprise
  • 23 novembre, Patrick Hochart, Se fonder sur le peuple
  • 30 novembre, Bernard Sichère, Qu’est-ce qu’un père
  • 7 décembre, François Jullien, De l’expérience
  • 14 décembre, Patrick Hochart, La souveraineté pivot du politique ?

 

  • 4 janvier, Martin Rueff, « S’émerveiller »
  • 11 janvier, François Jullien, Dé-coïncidence
  • 18 janvier, Martin Rueff, « Se comprendre»
  • 25 janvier, Patrick Hochart, La déception pédagogique
  • 1er février, Martin Rueff, « S’attendre à »

 

  • 22 février, Marc Lachièze-Rey, Le temps et sa disparition
  • 1er mars, Marc Lachièze-Rey, Le cosmos : mythe ou science ?
  • 8 mars, Etienne Klein, De quoi le vide est-il plein ?
  • 15 mars, Marc Crépon, Politique de l’amour
  • 22 mars, Marc Crépon, De l’amitié en politique
  • 29 mars, François Jullien, Il faut dénoncer les synonymes

 

  • 19 avril, François Jullien, On pense en langue
  • 26 avril, Martin Rueff, « Se décider »
  • 3 mai, Bernard Sichère, Qu’est-ce qu’un animal
  • 10 mai, Patrick Hochart, A quoi sert la foi
  • 17 mai, Martin Rueff, « Se rappeler »

 

 

« Produire du commun », Ginko editeur, Philippe Ratte, préface de Jean-Pierre Raffarin《制造共通》,哈特 撰,拉法翰 序

Couverture_livre_Produire_du_commun » L’unité nationale n’est plus une évidence : ni la nation, renouvelée dans son peuplement et fondue dans l’Union Européenne, ni l’unité, dont la société est devenue trop complexe pour trouver matière, ne sont plus des notions simples et toutes d’exécution. Continuer la lecture de « Produire du commun », Ginko editeur, Philippe Ratte, préface de Jean-Pierre Raffarin《制造共通》,哈特 撰,拉法翰 序

Publication : « Des possibles de la pensée, L’itinéraire philosophique de François Jullien », Hermann, mars 2015. Co-directeurs : Françoise Gaillard et Philippe Ratte, textes édités par Nathalie Schnur新书出版:《思维的多元性:朱利安哲学历程》瑟立吉会议论文集

Couverture_Des possibles de la penséeUne semaine, à l’écart, à Cerisy : il ne fallait pas moins d’un tel retrait, dans ce lieu prestigieux de la réflexion, pour pouvoir, en suivant l’itinéraire de François Jullien, examiner comment rouvrir des possibles de la pensée…

Continuer la lecture de Publication : « Des possibles de la pensée, L’itinéraire philosophique de François Jullien », Hermann, mars 2015. Co-directeurs : Françoise Gaillard et Philippe Ratte, textes édités par Nathalie Schnur新书出版:《思维的多元性:朱利安哲学历程》瑟立吉会议论文集

Parution : « En lisant François Jullien, la foi biblique au miroir de la Chine » 出版:《阅读朱利安:从中国反思基督信仰》

 En lisant François Jullien, la foi biblique au miroir de la Chine, sous la direction de Pascal David et Alain Riou, 160 p., Lethielleux, Parole et Silence, Paris

 

 

 

 

 

 

François Jullien nous invite à passer par la Chine pour considérer du dehors notre pensée européenne. Pourquoi pensons-nous ce que nous pensons ? Les mots que nous utilisons (Dieu, Liberté, Personne) ont-ils un équivalent en chinois ? Mais si nous pouvons penser sans les utiliser, cela veut-il alors dire qu’ils ne renvoient à rien qui nous précède et nous dépasse ? Dieu n’est-il qu’un mot ? Peut-il y avoir des droits de l’homme en Chine ? Ce sont quelques-unes des questions qui sont posées dans cet ouvrage.
Pour la première fois, des théologiens et des philosophes chrétiens dialoguent avec François Jullien, dont l’œuvre compte parmi les plus fécondes du moment présent. Ils trouvent dans la philosophie de François Jullien et son interprétation de la pensée chinoise un biais extrêmement stimulant pour relancer l’intelligence de la foi biblique et redonner du dynamisme à la vie chrétienne. Passer par la Chine et faire travailler l’écart entre le monothéisme chrétien et la sagesse chinoise est le moyen de réactiver les ressources enfouies dans la tradition chrétienne.
La Chine est un continent qu’il n’est plus permis d’ignorer si l’on veut comprendre l’époque actuelle. Cet ouvrage à plusieurs voix permet d’accéder à une compréhension en profondeur de cette culture plusieurs fois millénaire. Fruit de rencontres au couvent dominicain de La Tourette et au Collège des Bernardins, il se lit également comme une introduction à la fois claire et rigoureuse à la pensée de François Jullien.

Cours : « L’au-delà et l’entre-deux » 法国文人之家“他者性教席”课程:“之外与之间”

Séminaire 2012 au Collège d’études mondiales, à la Fondation Maison des sciences de l’homme, tous les jeudis de 18h à 20h. Entrée libre.

L’au-delà ou l’entre-deux

Dans son entreprise métaphysique, la Grèce a développé le méta du dépassement : par dépassement de la « physique », de quelque façon qu’on l’entende, par rupture et séparation d’avec ce monde et construction d’une idéalité appelant à la « conversion ».

Elle a négligé, de ce fait, l’ « entre » de l’entre-deux, non plus meta mais metaxu, qu’elle envisage seulement comme un mélange des contraires dont il faudra se purifier.

Au vu de cette excroissance de l’ « au-delà », l’ « entre » n’est-il pas demeuré, en tous domaines, une catégorie sous développée de la pensée ?

Or, qu’en est-il, en Chine, de la pensée de l’ « au-delà » (wai) et du dépassement ? Et qu’est-ce qu’un dépassement du monde – paysage « d’au-delà le paysage », saveur « d’au-delà la saveur », … – qui ne nous tourne pas pour autant vers un autre monde ?

Parallèlement, comment a-t-elle développé une pensée de l’ « entre » (jian) qui soit celui de l’espacement et de la disponibilité, où vivre puisse se déployer ?

Il ne s’agira pas de refaire, une fois de plus, le procès de la métaphysique, mais plutôt de cerner quel est son lieu de pertinence et de fécondité ; mais aussi à côté de quoi elle est passée.