Cours : Séminaire à la Fondation Maison des sciences de l’homme, Des phrases qui ont fait l’Europe, D’un paysage à vivre 法国人文之家基金会研究所课程:打造欧洲的名句;生活景观

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers amis,

Il est bon de se renouveler… C’est pourquoi je vous propose un séminaire, cette année, en deux moments. La première partie de la séance sera consacrée à l’examen de fécondités européennes, sous le titre « Vingt phrases qui ont fait l’Europe » (une phrase par séance) ; la seconde partie sera consacrée à la question : « D’un paysage à vivre ».

Ci-après la présentation de l’un et de l’autre.

 

I.                    Des phrases qui ont fait l’Europe

Que l’Europe soit en « crise », ou plutôt en déclin, conduit à réfléchir à ce qui a fait l’« Europe » ; et d’abord à repenser quelles sont les ressources théoriques que l’Europe a promues et exploitées – et dont nous pouvons, encore aujourd’hui, tirer parti.

Car il s’agit de penser le culturel, non en termes d’identité, mais de fécondité. A preuve, l’échec auquel a abouti la rédaction du préambule de la Constitution européenne voulant identifier des « traits caractéristiques » de l’Europe : l’Europe est-elle « chrétienne » ou « laïque », etc. ? Or, la question est vaine, car l’Europe est les deux, et c’est la tension entre les deux qui l’a fait travailler.

Le projet est ici de présenter certaines phrases qui ne sont peut-être ni les plus représentatives ni les plus originales ni non plus les plus importantes (car comment en juger ?), mais qui sont des énoncés inventifs à partir desquels l’Europe a fait des choix culturels décisifs et construit son destin. C’est notamment par contraste avec la culture chinoise que l’on pourra sonder quelle a été leur singularité.

 

II.                  D’un paysage à vivre

Nous sommes partis, en Europe, d’une mauvaise définition du paysage : « partie d’un pays que la nature présente à l’œil qui le regarde ». Car cette définition nous enferme dès l’abord dans le perceptif et réduit le paysage à la passivité.

Or « paysage », ainsi conçu, est un terme européen : le « paysage » n’est toujours qu’une portion de « pays » telle que, dans l’étendue, la vision la découpe (land-scape, Land-schaft, paesaggio, etc.).

Or la Chine tranche radicalement avec ce sémantisme du territoire, de l’horizon dessiné par un Moi-sujet et du visuel. Elle dit « les montagnes et les eaux » 山 水, autrement dit la polarité se déployant entre le Haut et le Bas, ce qui est immobile et ce qui est mobile, ce qui a forme et ce qui n’a pas forme, etc., plongeant ainsi dans un jeu de tensions dynamiques sur lesquelles le sujet, resté en creux, est d’emblée branché.

Ainsi ne conçoit-elle pas qu’on puisse séparer, dans ce qui « fait paysage », entre le perceptif et l’affectif ; et pense-t-elle également le paysage comme le point de transition faisant passer de la matérialité des choses à leur dimension d’esprit. Mais qu’est-ce que cette dimension « spirituelle » ?

Ce qui conduit dès lors à concevoir le paysage de façon ambiante, régénérant l’énergie vitale et s’ouvrant directement par ses ressources au « promener » comme à l’ « habiter ». Le paysage est pensé d’emblée comme paysage « à vivre ».  Ce qui rejoint, je crois, et pourra même porter à développer notre préoccupation contemporaine de repenser les ressources du local face au global de la mondialisation.

 

Le séminaire aura lieu tous les jeudis à partir du 22 novembre, de 18h à 20h, à la Fondation Maison des sciences de l’homme, au 190 avenue de France, 75013 Paris, à partir du mois de novembre, hors vacances scolaires.

Entrée libre, sans réservation ni frais d’inscription

Pour plus de renseignements, contacter Nathalie Schnur au 01 49 54 24 31, ou à l’adresse mail suivante : nschnur@msh-paris.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *