Article : « D’une pensée l’autre », Sean J. Rose, Livres Hebdo, 29 février 2012 《书籍周刊》书评:“一种有关他者的思想”

Deux ouvrages où le philosophe et sinologue François Jullien fait à nouveau œuvre de traducteur et tente de faire circuler la pensée entre les champs de la philosophie et de la psychanalyse.

 

 

Toute la philosophie grecque pourrait être contenue en ces mots ti esti (« qu’est-ce que c’est? »). Car cet amour de la sagesse ne se résume-t-ilpas au fond à un long questionnement sur l’essence des choses, et partant sur l’Etre ? Toute philosophie chez les Grecs est une ontologie, une philosophie de l’être Avec Descartes, on est invite à douter de tout sauf de son cogito (« je pense »), la conscience d’être celui-là même qui doute Penser, c’est d’ailleurs s’interroger Dût on l’affubler d’un phylactère de bande dessinée, Le penseur de Rodin n’aurait pas autre chose au-dessus de sa tête qu’un point d’interrogation

 

 

Tant penser, dans notre esprit occidental, consiste à remettre en question ce qui est Comme si « ce qui est » (l’Etre) allait de soi et en douter était le summum de l’exercice de la pensée Mais l’Etre, le principe, la causalité, la vérité toutes ces catégories prises comme argent comptant de la philosophie grecque, et qui obnubilent depuis des siècles les cerveaux européens, sont-elles considérées ailleurs comme des axes incontournables selon lesquels déployer son intelligence ? Non, répond le philosophe et sinologue François Jullien, qui n’a cessé de faire dialoguer dans ses livres cet écart entre philosophie grecque et pensée chinoise

Dans Cinq concepts proposes a la psychanalyse (Grasset), François Jullien propose de voir ce qui se passe dans la cure au prisme de notions chinoises abstraites la disponibilité, l’allusion, le biais, la dé-fixation, la transformation silencieuse. Entrer dans une pensée (Gallimard) se présente comme un manuel pour lire le chinois, à savoir effectuer un détour par cet ailleurs qu’est la Chine oublier nos « pré-jugés » philosophiques et accéder aux autres «possibles de la pensée » En chinois, rappelle-t-il, on n’écrit pas selon la logique séquentielle de l’alphabet mais avec des idéogrammes riches d’images poétiques, il n’y a pas de grammaire, on ne conjugue pas, le verbe « être » est un mot vide.

Aussi, point n’est besoin de ranger dans des cases conceptuelles pour penser « Tant que la raison européenne n’acceptera pas de se de et re-catégoriser, c’est-à-dire de revenir sur ses implicites, pour les interroger, et de sonder son « évidence », elle ne pourra effectivement pas accéder à un ailleurs de la pensée, et la philosophie, en dépit de son « doute », ne pourra pas non plus se réfléchir ».

Aller retour entre Hésiode (le mythe grec), le texte de la Genèse (la pensée hébraïque), le Yi king ou Classique du Changement L’écart est certes là mais il n’est pas infranchissable, toute pensée est effort de traduction.

 

SEANJ ROSE

 

François Julhen

Entrer dans une pensée ou Des possibles de l’esprit

GALLIMARD, « BIBLIOTHEQUE DES IDEES »

Cinq concepts proposés à la psychanalyse

GRASSET

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *