François Jullien, commissaire de la Biennale du Grand Taipei, novembre 2016 (texte en français, anglais et chinois)朱利安担任首屆“大台北当代艺术双年展”客座策展人

pour voir le flyer, cliquer ici : flyer-biennale-de-taipei

Dé-coïncidence

d’où viennent l’art et l’existence ?

Sur deux bords, suivant une ligne oblique, le tableau n’est pas peint (voir ce petit tableau du jeune Picasso à Barcelone). Il est déjà arrivé, dans la peinture classique, que le peintre laisse des endroits non peints. Mais, cette fois, la peinture entière paraît décalée par rapport au support : elle ne coïncide plus avec lui au sens premier du terme – géométrique – selon lequel des lignes ou des surfaces se recouvrent exactement quand on les superpose. Se décèle là, de façon encore si discrète, une possibilité nouvelle qui commence de faire défaillir tout l’édifice précédent de la peinture : de ce que l’ajointement attendu, adéquat, se défait, quelque chose d’imprévu, d’inconçu, subrepticement émerge et vient à l’existence. Telle est la puissance à déployer de la dé-coïncidence.

C’est à cette entreprise de dé-coïncidence que les artistes se sont, depuis, méthodiquement appliqués. Ils s’attachent à défaire la capacité de coïncidence qui était au cœur du dispositif précédent de l’art, et d’abord de la représentation, le dénonçant comme illusion : aussi bien le respect des formes et des proportions que le réquisit de la perspective, la reproduction des couleurs et tout ce qui produit la ressemblance. Or il ne s’agit pas là seulement d’introduire une rupture, de se libérer des contraintes et des normes, d’inscrire une déviance ou d’affirmer une dissidence, c’est-à-dire de dénoncer une adéquation parce qu’elle est suspecte de conformisme. Dé-coïncidence est un concept, en effet, remontant plus au départ de l’écart qui fait la modernité et l’éclaire dans son principe. Cela en faisant paraître que « coïncider » – entrer en complète adéquation – est satisfaisant et même peut être une prouesse ; mais n’est pas viable et manque au fond d’exigence : à la fois est factice et est stérile. Par-là, coïncider fait réentendre l’autre sens de coïncidence et lui donne sa légitimité : la rencontre purement adventice (« une pure coïncidence ») et que rien ne paraît justifier. Dans le jeu ouvert au sein du même terme par ces deux sens opposés – du fortuit ou de l’adéquat, de l’hasardeux ou de l’adapté – ne discernerait-on pas la possibilité même, plus originaire, d’où nous viennent l’art et l’existence ?

De même que la dé-coïncidence défait l’entreprise de coïncidence sur laquelle (se) repose l’art classique (mais les grands peintres du passé n’ont-ils pas eu le sentiment secret d’une telle dé-coïncidence et de son exigence ?), pareille dé-coïncidence défait-elle tout autant l’entreprise de l’ontologie aboutissant à la vérité comme adéquation (de la « chose » et de l’ « esprit »). Ou bien encore défait-elle la morale de la sagesse : vivre « conformément à la nature ». La modernité s’instaure sur ce soupçon nouveau, en effet, qu’il n’y a plus de « nature » ou d’Être comme support possible et comme ordre foncier. Dé-coïncider, en revanche, c’est ouvrir un écart par rapport à une convenance qui ne laisse plus de jeu ni d’initiative ; c’est s’extraire d’un ordonnancement qui, se comblant, bloque les possibles et stérilise. La coïncidence est la mort : tandis que la coïncidence est un enlisement, la dé-coïncidence, en revanche, est promotion et dégagement.

Déjà ce qui s’est promu comme « homme » a dé-coïncidé d’avec les formes précédentes d’animalité (d’ « hominidés ») en introduisant un écart vis-à-vis de leur adaptation précédente (par « ex-aptation », dira-t-on). Tandis que la coïncidence enfouit la possibilité de la conscience, c’est par dé-coïncidence, au contraire, que de la conscience peut, en désadhérant, déployer sa capacité – le zen aussi joue de cet effet. Ou, dit autrement encore, c’est en dé-coïncidant de son intégration dans un monde que se promeut le sujet. Si ex-ister signifie précisément « se tenir hors », cela signifie d’abord hors de la coïncidence qui fait le monde : c’est parce qu’ils sont exilés de l’ordre parfaitement coïncidant du paradis terrestre qu’Adam et Eve peuvent commencer d’exister en sujets et accéder à une Histoire. Si donc « seul l’homme ex-iste », c’est autant qu’il peut dé-coïncider du monde pour y introduire une marge d’initiative ou de liberté – dé-coïncidence que l’art a la charge non pas tant d’exprimer que d’activer.

De-coincidence

Where do art and existence come from? (traduction par Rodriguez)

Two edges of the painting, along an oblique line, are unpainted (see the small painting done by a young Picasso in Barcelona). There are works of classical painting with areas left unpainted, but in this case the whole painting seems offset from its medium: it no longer coincides with the medium in the primary—geometric—sense of the term, where lines or surfaces align exactly when superimposed. In this painting we can detect a new possibility—as yet only hinted at—that begins to sap the whole edifice of what had come before in painting. The close-fitting adjunction, familiar and adequated, is undone, and in the undoing something unexpected and unthought-of surreptitiously emerges and comes to be. Such is the power of de-coincidence to unfurl.

Artists ever since have been methodically applying themselves to the enterprise of de-coincidence. They have striven to undo the capacity for coincidence that lies at the core of art’s previous apparatus—and specifically of representation (the observance of shapes and proportions as well as the demands of perspective, the reproduction of colors, and anything that produces resemblance), which they denounce as an illusion. The purpose of the enterprise, however, is not merely to establish a rupture with the past, to break free from constraints and norms, to mark out deviance or assert dissent—i.e., to denounce an adequation that smacks of conformity. As a concept de-coincidence goes back further, to the origin of the écart that made modernity and elucidates it in its principle. This while demonstrating that « coinciding » (entering into complete adequation), although it satisfy and perhaps even amount to an exploit, is not viable and, at bottom, lacks exigency: it is at once fake and sterile. Thus decoinciding returns our attention to, and legitimizes, the other meaning of coincidence: that of the purely adventitious encounter (« sheer coincidence »), the encounter with no apparent justification. In the play (jeu) of this single term’s opposite meanings—the fortuitous or the adequated, the accidental or the adapted—can we not discern the very possibility, the more primal possibility, from which art and existence come to us?

De-coincidence undoes the enterprise of coincidence on which classical art rests (did perhaps the great painters of the past not have a secret sense of such a de-coincidence and its exigencies?), but a parallel de-coincidence just as thoroughly undoes the ontological enterprise that establishes truth as adequation (between « thing » and « mind »). Or, indeed, undoes the moral of wisdom: living « in conformity with nature. » Modernity founds itself on this new suspicion that there is no « nature » or Being to serve as possible substructure and foundational order anymore. To de-coincide, however, is to open an écart with respect to a congruity that brooks no further latitude or initiative; it is to extricate oneself from an order that, in its fulfillment, inhibits its possibles and sterilizes. Coincidence is death. To coincide is to bog down, whereas to de-coincide is to promouvoir (elevate and valorize) and dégager (extricate, extend, and develop).

What elevated (s’est promu) as « man » had already de-coincided with previous animal forms (with other « hominids ») by introducing an écart with respect to their preceding adaptation (by « ex-aptation, » one might say). Whereas coinciding buries the possibility of consciousness, it is, on the contrary, by de-coinciding that consciousness can, by dis-adhering, break free and unfurl its capacity. (Zen too makes use of this effect.) Or, in still other words, the subject elevates by de-coinciding with its integration in a world. If to ex-ist is precisely to « opt to remain outside, » then what one remains outside of is, first of all, the coincidence that constitutes the world. It is because they have been exiled from the perfect coincidence of terrestrial paradise that Adam and Eve can begin to exist as subjects and gain access to a History. If « man alone ex-ists, » he does so insofar as he can de-coincide with the world and thereby introduce a margin of initiative or liberty. This de-coincidence is something art is duty-bound not so much to express as to activate.

 

“去相合”

藝術與暢活[1]從何而來? (traduction par Esther Lin)

在兩邊上,隨著一條不明顯的線,這張圖並沒畫(請看年輕的畢卡索在巴塞隆納所畫的那張小圖)。在歐洲以前的繪畫當中已經有畫家留下沒畫的部分。然而這一次,整幅圖畫相較於它的畫布,顯得有落差:因為按照相合最初的——幾何——定義,線條或者表面是完全恰合的,但是這圖畫不再與畫布相合了(ne coïncide plus)。此處就還相當含蓄地透露了一種新的可能性,使之前的整座繪畫建築物開始衰弱:期待中的合宜銜接被拆解了,某種沒構想的意料之外的東西含蓄地湧現而存在。这就是“去相合”(dé-coïncidence)要開展的大能。

藝術家自此之後就堅持地實踐“去相合”。他們致力拆解“相合”力(coïncidence),這種相合力之前是藝術構作的核心,而首先就拆解“再現”的構作之相合力,揭發“再現”的構作是幻象:尊重形式和比例﹑透視法的要求﹑色彩之再造和一切產生相似的。然而,那不只是導入一個斷裂,從限制和規範裡自我解放出來,做出偏航或者確認某種異議;就是說,那不在於揭發某種因被懷疑是循規蹈矩的“相等”(adéquation)。“去相合”確實是一種上溯到更靠近製造了現代性的“湧距”(l’écart[2])出發之處的概念,並且在“湧距”的原則上照明了“湧距”。那凸顯出進入完美相等的“相合”是令人滿意的,甚至可以是一項英雄偉蹟;但是行不通的並且究竟是缺乏嚴謹要求的,“相合”既是矯作的也是毫無孕育力的。由此,“去相合”讓人重新聽見“coïncidence”的另一個意思,並且給予它合理性:純偶然的巧遇(“純偶遇”)而且沒有任何事物似乎可證明其合理性。在“coïncidence”那兩種相反的意思──偶遇或符合,偶然的或調整順應的──所打開的“間遊”(le jeu[3])當中,我們難道沒偵察出那產生藝術與暢活(existence)的更原初的可能性嗎?

正如“去相合”拆解了歐洲以前的藝術賴以建立(並且憩於其上)的“相合”(不過,偉大的畫家們倒是暗地裡感覺到“去相合”及其嚴謹要求,不是嗎?),“去相合”也同樣地拆解了那把真理看作(“物”與“心”)相等的本體論的工作。“去相合”還拆解了“順從大自然而生活”這種聖人之道的道德。現代性的確就安營在這個新起的懷疑之上,就是不再有“大自然”或“存有”作為可能載體和根本秩序。與之不同的,“去相合”乃針對一個不再具有“間遊”和“主動性”的合宜性,打開“湧距”;這是從一種井然有序當中抽身出來,該井然有序因填滿自己而阻擋了多種可能性並且造成貧瘠。相合就是死亡:相合是沈溺萎縮(enlisement),“去相合”反倒是推動(promotion)與脫展(dégagement[4])。

那提升為“人”者,早已與人的動物性(“人科”hominidés)從前的種種表現形式有了“去相合”,而且在面對他們之前的調適時(我們也許可以說通過“脫除調適”« ex-aptation »)導入了“湧距”。相合埋藏了人有意識的可能性,與之相反的,人的意識乃因“去相合”而能夠通過除掉附著去開拓它的能力──“禪”也運用這種作用。或者換個說法,那是經由與他所整合入的世界“去相合”來自我推動的主體。如果“ex-ister”正表示“挺身於…之外”(« se tenir hors »),它首先就表示挺身於形成世界的相合之外,亞當和夏娃正是因為被放逐而走出了地上樂園那完美相合的秩序,才開始以作為主體存在並且才可能進入一個歷史過程。如果“只有人可以暢活”,這是只要人可以與世界“去相合”,為了在世界裡面導入主動性或自由的餘地。藝術的任務,不是表達而是實現“去相合”。

 

 

 

[1] 根據作者的解釋,本文中的existence和exister表示promouvoir la vie, déployer la vie,他認為“暢活”最能傳達該意思。(譯者注)

[2] 在朱利安之前的幾本論著裡,écart表示“間距”;作者強調,這個字此處表示“距”所湧現的那個初始動作和時刻。創造了“湧距”來翻譯這個新概念,希望中文讀者理解。(譯者注)

[3] 據作者解釋,此處的jeu 表示“遊戲”也表示可以玩遊戲的“空間”。創造新詞“間遊”以便翻譯符合作者意思的jeu。(譯者注)

[4] 按照作者的解釋,dégagement這個概念表示“脫離纏累並且展開”,故將之譯成“脫展”。(譯者注)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *