Article : « Découverte d’un continent : l’intime », Roger-Pol Droit, 15 mars 2013文评:罗介-伯乐. 德画:“发现一块大陆:亲密”

logo_le monde

L’AMOUR, cette tarte à la crème, est aussi une vache à lait. Autour de cet increvable sujet, les philosophes, de Platon a Nietzsche et au-delà ont accumulé quantité de mythes et analyses, concepts et gloses, vues opposées et théories contraires. A présent, tandis que l’horizon est morose et les repères en berne, voilà qu’on les ravive à tour de bras, histoire de rafistoler un semblant d’humanisme. Pourtant, à côte de ces grandes orgues, il semble bien qu’un domaine immense ait échappé à l’attention des penseurs.

Ce continent – presque muet, toujours modeste, évidemment fondamental, mais aussi paradoxal et prometteur- se nomme « I intime ». Au fil d’un travail vraiment étonnant et novateur, François Jullien l’arpente et la cartographie. II préfère écarter « l’intimité » – qui restreint les questions en jeu. II se soucie moins encore de ce qui est « intimiste » devenant ainsi exigu et mièvre, un monde sans pareil serait trahi. Alors, qu’est-ce donc ? Il faut repartir du mot, qui est curieux son double sens, en Europe, ne date pas d’hier. Déjà chez Cicéron, en effet, « l’intime » désigne ce qui est « le plus intérieur » a une personne ou a une chose. Mais le terme latin signifie en même temps la relation aux autres, au dehors, quand on parle d’amis intimes, de relations intimes, du fait d’être intime avec.

Voilà donc I ’étrangeté de départ un même mot dit à la fois le retrait et le partage, le dedans de soi et le lien a l’autre. Et si ces deux sens n’en faisaient qu’un ? Si le fait d’être « intime » supposait l’effacement des barrières, des distances, du quant-à-soi ? La réflexion de François Jullien montre pas à pas que l’autre se découvre dans le plus intérieur. Pour que s’établisse de l’intime, il faut que soit déjouée la clôture des sujets, défaite la frontière entre le « dedans » et le « dehors » de deux êtres humains. Toutefois, cette interconnexion particulière n’a pas été rendue possible par toutes les cultures les Grecs anciens ne la connaissent pas, les Chinois l’approchent, mais ne la thématisent pas.

Un journal de bord

L’invention de l’intime est d’abord une affaire chrétienne. Une nouvelle conception de l’humain s’ouvre avec Augustin dans ses Confessions, il découvre, au plus profond de son intériorité, l’infini de Dieu. Quelques siècles encore, et d’autres Confessions, celles de Rousseau, vont donner a I ’intime un sens rien qu’humain. Jullien en suit I ’évolution chez Stendhal comme chez Simenon.  Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas,  ce livre n’est pas une histoire de l’intime, culturelle ou littéraire.

En fait, c’est un journal de bord de la «philosophie du vivre». L’invention continue du « vivre a deux » y est pensée comme intensification de I ’existence, pas comme son morne affadissement. Le plus souvent, en effet, on ne voit dans l’intime que les tristesses de l’habitude et la tiédeur des routines conjugales François Jullien, ici, fait tout l’inverse il y indique une terre d’aventure, l’ancrage d’une morale, un univers à explorer, « loin du bruyant Amour», et cent fois plus intéressant. A I ’évidence, ce livre en annonce plusieurs autres. C’est pourquoi on ne peut qu’admirer, tout simplement, qu’un philosophe reconnu ouvre ainsi, l’âge venant, un nouveau chantier. Son ampleur et sa nouveauté se révéleront sans doute pendant longtemps. En tout cas, le pan est facile à prendre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *